Revue de presse, 13 Octobre 2018




Par: Isanganiro , dimanche 14 octobre 2018  à 18 : 39 : 46
a

La vérité d’abord ; titre le journal Iwacu pour reprendre la réplique presque unanime des élus du peuple à la commission vérité et réconciliation qui présentait mercredi son rapport devant les deux chambres du parlement.

Cette commission avait annoncé dans un point de presse qu’elle procéderait à un enterrement digne des ossements récemment découverts. le journal iwacu rapporte la position des parlementaires qui estiment qu’on ne peut pas parler d’enterrement des restes avec dignité alors que les présumés auteurs des actes macabres ne sont pas encore ni identifiés, ni auditionnés. Ce désaveu de la CVR par les deux chambres du parlement réuni est partagé par les leaders des organisations de la société civile comme AMPCI-Girubuntu, AC-Génocide ou ACOPA-Burundi dont les réactions recueillies se retrouvent dans les colonnes de notre confrère Iwacu.

Net press écrit sur la démolition mardi 9 octobre du mémorial du génocide de 1972 contre les Hutu par le gouverneur de la province de Gitega.

Il s’agit d’un mémorial érigé le 23 septembre 2018 par des inconnus se réclamant proches de l’association des rescapés de ce " génocide " sur la colline Nyambeho, en commune Giheta . Ce quotidien en ligne rapporte que cette décision a été bien accueillie par nombreux compatriotes qui demandaient qu’il y ait une construction qui rassemble tous les Burundais qui ont perdu les leurs lors des différentes crises qui ont endeuillé le pays.

Du score médiocre pour plusieurs établissements, titre le journal La Voix de l’Enseignant

A en croire le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, il s’observe une déliquescence au niveau de la formation dispensée dans certaines universités et instituts privés exerçant au Burundi. Le ministre Banyankimbona craint que cette façon d’enseigner risque de porter un coup fatal à tout système d’enseignement universitaire, si rien n’est fait. Selon La Voix de l’Enseignant, le constat fait par l’équipe d’évaluateurs est que certaines institutions d’enseignement universitaire privé ont des structures de gouvernance administratives et académiques mal organisée. Elles manquent de personnel administratif en nombre suffisant, d’enseignants qualifiés, de bibliothèques et laboratoires.

Les médecins psychiatres clament haut et fort que depuis la crise que traverse le Burundi il y a plus de trois ans, ils accueillent beaucoup de malades mentaux, surtout dans les centres neuropsychiatriques.

Net press qui rapporte l’information cite Dr Franck Sokoroza, médecin en chef chargé des soins au Centre Neuro Psychiatrique de Kamenge à Bujumbura, qui précise que depuis la crise de 2015, l’hôpital accueille un nombre important de malades mentaux. Ce centre a enregistré plus de 16 mille patients en 2017 sur près de 10 mille en 2015, ce qui fait une remarquable augmentation. En plus de cela, le personnel médical spécialiste en psychiatrie se compte sur les doigts et les médicaments pour soigner ces maladies coûtent énormément cher, dépassant les moyens des patients ", conclu-t-il.

Le journal Burundi Echo spécialisé dans les questions économiques a consacré cette semaine un numéro spécial à l’entrepreneuriat des jeunes.

Il propose un protocole pour lancer une activité génératrice de revenus avec des éclairages du Centre Universitaire de Formation et Recherche en Entrepreneuriat (CUFORE) à travers sa coordinatrice qui indique que toute personne peut entreprendre, et qu’il suffit d’avoir un esprit entrepreneurial, une idée du projet, un fonds de démarrage ainsi qu’un suivi au cours de l’exécution du projet .
Burundi Echo montre dans ce numéro différents projets initiés par des jeunes et cite le témoignange du directeur de Burundi Business Incubator (BBIN) qui confirme que certains projets des jeunes ont été couronnés de succès grâce à la formation technique reçue ainsi que l’accès aux sources de financement concrétisé à travers des fonds de crédits mis en place pour faciliter l’accès au capital pour le démarrage de leurs projets.

C’est dans ce numéro spécial que Burundi Eco rappelle non sans regret que le projet de mise en place de la Banque d’Investissements pour les Jeunes tarde à se concrétiser malgré les assurances du secrétaire permanent du ministère ayant la jeunesse dans ses attributions, à savoir que les travaux de mise en place de cette institution financière avancent normalement. Initialement prévue pour démarrer ses activités en début de cette année, cette banque n’existe que sur papier, note Burundi Eco.

Enfin la communauté des bloggeurs Yaga considère que la francophonie entre dans le nouveau monde avec l’élection ce vendredi de la Rwandaise Louise Mushikiwabo comme nouvelle secrétaire générale de l’organisation Internationale de la Francophonie que nos confrères appellent non sans humour Outil d’Influence de la France.
Ils estiment qu’il est grand temps de se demander ce qu’il reste des valeurs de la Francophonie et sa réelle mission.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

80 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message