Grogne autour de la mauvaise gouvernance de la RPP




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 26 avril 2012  à 17 : 30 : 52
a

Le personnel de la Régie des Productions Pédagogiques crie à une mauvaise gouvernance de cette institution dont les conséquences risquent de se répercuter inéluctablement sur lui. Selon le personnel rencontré sur place, la RPP ne fabrique plus de livres, il ya maintenant trois mois. Le stock est vide comme nous l’avons remarqué. Le personnel de la RPP indique que le Directeur Général de cette institution est à la base de sa mauvaise gestion qui, aujourd’hui, y fait parler d’elle. Il fait fabriquer les livres dans les industries des pays d’ailleurs comme les Iles Maurices de la part de ces personnes. A son arrivée à ce poste, le chef de cette institution a fait doubler les salaires pour lui et pour son personnel administratif de la part des personnes rencontrées sur place.

Le personnel doute d’un probable licenciement qui est sur le point d’avoir lieu à cause des pertes enregistrées par l’entreprise. Malheur ne vient jamais seul dit on, ces personnes disent qu’elles ont contracté des crédits de type collectif et se demandent la suite qui sera réservée à cette situation au moment de leur licenciement.

Pour Domine Niyonsaba, représentante du Syndicat des travailleurs de la RPP, STRPP, il est toujours possible de sauver l’entreprise. « Même la Société Sucrière de Moso, Sosumo qui était à bord de la faillite fonctionne normalement aujourd’hui, » dit-elle.

De la part de cette syndicaliste, au lieu de mettre à la porte les travailleurs qui n’ont aucune responsabilité dans la faillite de l’entreprise, les responsables en chef de celle-ci devraient plutôt en boire la coupe.

Le directeur Général de la RPP dément les reproches qui lui sont adressées. Selon lui, la RPP a enregistré une plus value qui s’élève à plus de 568 millions de nos francs alors qu’elle n’a pas de monopole du livre comme dans le passé. Le problème de la RPP actuellement se situe au niveau de l’accès au marché pour la fabrication des livres selon lui.

La RPP a un personnel qui se chiffre à 81. Dans le temps elle fabriquait les livres destinés aux écoles primaires et secondaires, un travail qui aujourd’hui se trouve entaché de multiples difficultés malgré la présence des machines en bon état.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

393 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 12 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 10 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 6 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 4 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 3 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 3 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 3 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 3 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 2 %)