Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative


La divagation du bétail sur les différentes collines de la province de Rumonges’observe toujours un mois après le début de la mise en application de la mesure du gouverneur de cette province interdisant cette pratique en dehors de sa propriété. Les éleveurs estiment qu’ils sont encore dans le délai de grâce récemment décidé par les élus du peuple. Pour Juvénal Bigirimana, gouverneur de Rumonge, ce délai n’est aucunement une période de faire paitre leur bétail dans les champs de cultures.



Par: Isanganiro , lundi 12 novembre 2018  à 14 : 51 : 43
a

Depuis le 10 octobre 2018, date butoir au-delà de laquelle la divagation du bétail devrait s’arrêter en province Rumonge sauf pour les éleveurs qui ont leurs propres zones pâturables et qui auraient préalablement demandé des papiers administratifs le justifiant tel que décidé par le gouverneur de Rumonge .Des vaches, des chèvres et moutons s’observent broutant sur différentes collines de la province Rumonge. Et dans certains endroits comme dans le quartier Birimba de la ville de Rumonge, des champs de cultures sont ravagés malgré l’existence de cette mesure qui visait l’éradication des conflits entre éleveurs et cultivateurs, des conflits qui avaient pris de l’ampleur ces derniers temps surtout en commune Rumonge.

Même si personne parmi les éleveurs ne soutient que le bétail ravage des champs de cultures, certains parmi ces éleveurs de Rumonge interrogés disent qu’ils sont encore dans la période des 3 ans de préparation à la stabulation permanente récemment leur accordée par leurs élus locaux et qualifient d’injuste et de pression non fondée cette mesure du gouverneur de Rumonge.

Selon Juvénal Bigirimana, gouverneur de Rumonge, cette justification des éleveurs ne tient pas débout et regrette qu’aucun éleveur n’est venu déclarer qu’il est en possession d’un domainepâturable. Il indique que les élus du peuple n’ont pas du tout accordé aux éleveurs 3 ans pour faire paitre leur bétail dans les champs de cultures ou dans les domaines tiers, mais plutôt dans leurs propres parcelles ou celles pour lesquelles ils ont des papiers justificatifs.

Alors que les cultivateurs lésés demandent l’application effective de cette mesure du gouverneur par cette même autorité, Juvénal Bigirimana dit qu’il a ses représentants depuis la colline et celui qui se montrera inapte pour faire respecter cette mesure sera automatiquement limogé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

110 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 6 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 4 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 3 %)

Rumonge : Le DCE sacrifie certains cours au lycée communal Cabara pour des intérêts inavoués,(popularité : 3 %)

Rumonge : L’enseignement en crise,(popularité : 3 %)

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque ,(popularité : 2 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 2 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 2 %)

La remise en cause de la partialité de la CNTB,(popularité : 2 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 2 %)