Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation


Après que le projet de loi portant changement de mode de gestion et de la structure du capital social de la SOSUMO ait été adopté à l’Assemblée nationale lundi 19 novembre 2018, la chambre haute du parlement a fait de même le lendemain. Un montant de 20 mille dollars américains est nécessaire pour redynamiser cette société sucrière du Moso.



Par: Isanganiro , vendredi 23 novembre 2018  à 07 : 18 : 41
a

Le Sénat burundais a adopté ce mardi le projet de loi portant changement du mode de gestion et de la structure du capital social de la SOSUMO. Le ministre du commerce, de l’industrie et du tourisme qui était l’invité au sénat trouve une plus-value dans cette redynamisation. Jean Marie Niyokindi rassure que la redynamisation de cette entreprise va permettre la croissance de la production qui va passer de 20 à 35 mille tonnes. Ce travail nécessite 20 mille dollars américains qui proviendront des actionnaires potentiels.

Certains sénateurs ont émis leurs inquiétudes sur les moyens d’obtention de ces fonds. La sénatrice Victoire Nahimana trouve que les investisseurs peuvent se cacher derrière leurs actions pour revoir à la hausse le prix du sucre. « Le capital nécessaire pour que la SOSUMO poursuive ses activités, comme a dit le ministre, il faut 20 millions e dollars américains et il a parlé de grands investisseurs. Moi j’aimerais savoir qui sont ces investisseurs. La valeur d’une action est d’1. 452. o27, c’est très peu d’argent et beaucoup de burundais peuvent en avoir Si on, demandait à toutes les communes du pays d’apporter leurs actions, on est capable. Je veux savoir les modalités de collecte de ces 20 millions de dollars », demande la sénatrice.

Le ministre du commerce, de l’industrie et du tourisme souhaite qu’il y ait des actionnaires nobles afin de ne plus importer le sucre après deux ans.Jean Marie Niyokindi rassure qu’il y a des investisseurs nationaux qui possèdent des capitaux. « Au sein du gouvernement, je suis très concerné par cette question. J’ai une décision émanant de mes supérieur qui m’autorise l’importation du sucre pour que les burundais ne soient pas en manque de ce produit agricole l’an 2019 mais en 2020, la situation est en train d’être analysée, on ne va plus importer le sucre. C’est pourquoi alors je demande à ce qu’on cherche des actionnaires potentiels et je n’ai pas peur il y a des burundais qui détiennent des moyens financiers et celui qui n’a pas les 20 millions de dollars va s’associer aux autres puis on va démarrer les activités », rassure le ministre Niyokindi.

Ce projet de loi portant changement de mode de gestion et de la structure du capital social de la SOSUMO a été adopté au sénat avec quelques amendements. Parmi lesquels il y a l’interdiction aux opérateurs du secteur sucrier d’avoir des actions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

136 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 10 %)

Incendie du marché, la RSA, la Brarudi s.a. et… ouvrent leurs portemonnaies ,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Les enjeux autour de la prochaine convention sur l’exploitation du port de Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Bientôt deux postes de plus à arrêt unique au Burundi ,(popularité : 3 %)

Inégale circulation de la monnaie : Une entrave pour l’accès au crédit,(popularité : 3 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 2 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 2 %)

Plants fruitiers : Aubaine pour nos administrateurs ,(popularité : 2 %)

L’OBR dresse un bilan largement positif pour 2011,(popularité : 2 %)