La privatisation des entreprises publiques entachée d’imperfections




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 2 mai 2012  à 16 : 52 : 59
a

« Les biens publics sont mal gérés au vu et au su des travailleurs de l’Etat mais ceux qui osent décrier la mauvaise gouvernance, la corruption et les malversations économiques sont persécutés et pris pour des ennemis du pouvoir, » tels sont les propos de Eulalie Nibizi, Vice-présidente de la confédération syndicale du Burundi, COSYBU, lors de la célébration de la fête du travail ce mardi 1er mai 2012.

Dans son discours de circonstance au nom des travailleurs, elle a indiqué que cette fête a lieu dans contexte particulier pour les travailleurs de certaines entreprises publiques, à l’instar de la RPP.

Selon elle, la régie des productions pédagogiques, RPP possède le matériel nécessaire pour fabriquer tous les livres destinés aux élèves de ce pays, mais les marchés publics des livres sont accordés aux autres entreprises des pays étrangers avec son corolaire de conséquences relatives notamment à la sortie des devises.

De la part de Eulalie Nibizi, le personnel de la RPP ne devrait pas être licencié. Le gouvernement devrait tout faire pour le personnel de cette entreprise.

Elle a indiqué que l’Unesco et l’Agence Française et de Développement ont accordé un don pour la fabrication des livres à la RPP mais les Burundais veulent annihiler ce projet. Selon Eulalie Nibizi, un tel comportement relève de l’illogique.

Le président de la république devrait prendre la question en main pour l’intérêt des enfants qui sont à l’école.

Quant à la privatisation des entreprises de l’Etat, elle se fait, selon toujours Eulalie Nibizi, dans beaucoup de zones d’ombres.

Se référant sur le cas récent de la SODECO, Eulalie Nibizi a plaidé auprès du gouvernement de mettre sur pied un plan social dans lequel seraient débattues les conditions de licenciement du personnel dans tout processus de privatisation.

« Avant la privatisation de toute entreprise, le gouvernement, le personnel et le comité administratif de l’entreprise devraient discuter sur le plan social à exécuter avant de les licencier, » a-t-elle dit.

La vice-présidente de la Cosybu a indiqué aussi que le népotisme et la corruption sont des défis pour l’accès à l’emploi de manière transparente. La méritocratie se cherche encore au Burundi, selon cette syndicaliste.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

630 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 6 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 4 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 4 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 4 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 4 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 4 %)

Oui, à Muramvya et à Tunis les médias plaident pour sa libération,(popularité : 3 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 3 %)

Pas droit au secret des sources dans la loi sur la presse attendue,(popularité : 3 %)

Muyinga : Le CNDD-FDD se dissocie de ses jeunes zélés ,(popularité : 3 %)