Les jérémiades autour des conditions travail des journalistes




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 2 mai 2012  à 18 : 49 : 42
a

« Les médias burundais à l’instar de ceux des autres pays font bouger l’humanité mais la plupart des journalistes de notre pays travaillent dans des conditions précaires » se sont les propos du président de l’Union Burundaise des Journalistes, UBJ dans une conférence de presse à la veille de la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse.

Il a indiqué beaucoup de journalistes burundais ne sont pas bien rémunérés. Pire encore, selon toujours Alexandre Niyungeko, beaucoup de journalistes travaillent sans avoir signé des contrats auprès des responsables des médias et sont payés en fonction des activités qu’ils ont accomplies.

D’autres journalistes perçoivent leurs salaires avec des mois de retard.

Alexandre Niyungeko a appelé le gouvernement de Bujumbura à donner un fond d’appui aux médias et surtout à plaider auprès des responsables des médias pour que ces journalistes travaillent dans des conditions acceptables.

L’autre difficulté qui a également été exprimé concerne la mauvaise perception des autorités publiques quand les journalistes dénoncent les imperfections qui, à un moment caractérisent des pouvoirs publiques.

De la part d’Alexandre Niyungeko, le journaliste a de prime abord un contrat avec le peuple. Il est de son droit de dire au public la vérité même quand celle-ci est noire selon lui.

Le journaliste quand il exerce son métier n’est pas un adversaire vis à vis de l’autorité.

Il a indiqué que le journaliste Hassan Ruvakuki devrait être libéré provisoirement.

Au cours de cette semaine une série d’exposés relatives à la liberté de la presse auront lieu autour des professionnels des médias.

Les responsables des médias ont apprécié la promesse du président de la république sur la détaxation des produits vivriers dès le 15 courant et promis en même temps de voir que la parole présidentielle deviendra effective sur terrain.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

674 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 19 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 6 %)

L’eau propre, une denrée rare dans la ville de Rumonge,(popularité : 6 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 5 %)

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent,(popularité : 5 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 5 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 5 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 5 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 5 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 5 %)