Le Gouvernement n’a pas interdit la publication du rapport de HRW, dit le Ministre de l’Intérieur




Par: Désiré Nimubona , jeudi 3 mai 2012  à 17 : 31 : 45
a

Le Ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana, rejette les allégations selon lesquelles le Gouvernement burundais aurait interdit la publication du rapport de l’organisation internationale des droits de l’homme, Human Rights Watch, une publication qui était prévue pour ce mercredi dans l’après-midi à Bujumbura.

Selon Edouard Nduwimana, cette organisation allait violer la loi n’eût été la vigilance des autorités burundaises car, selon lui, cette organisation n’avait informé ni les autorités ni le Conseil National de la Communication.

En plus, selon Nduwimana, il faudra que cette organisation de défense des droits de l’homme choisisse un autre jour pour en fin publier ce rapport sur la situation des droits de l’homme au Burundi.

Par ailleurs, souligne-t-il, il n’est pas compréhensible que cette organisation organise une conférence de presse pour la publication d’un rapport sur la situation des droits de l’homme.

Cependant, Nduwimana trouve que même « le titre de ce rapport est assez tendancieux, subversif ». Selon lui, les auteurs de ce travail devraient expliciter davantage pour que le peuple burundais puisse comprendre la signification de ce rapport.

En ce qui est des sources qui sont utilisées par ces organisations de défense des droits de l’homme, le ministre de l’intérieur souligne qu’à un certain moment, ces sources mentent et cela conduit à la publication des informations biaisées, avec des affirmations gratuites.

Human Rights watch avait confectionné un rapport sur le Burundi pour l’exercice 2011, dans lequel, cette organisation s’insurge contre la situation des droits de l’homme au Burundi, après les élections de 2010, des élections dont les résultats ont été contestées par l’opposition burundaise.

Selon cette organisation de défense des droits de l’homme, « il faut agir rapidement pour mettre un terme à l’impunité et éviter de nouvelles tueries ».

La HRW soulignait également dans ce rapport de 89 pages intitulé « Tu n’aura pas la paix tant que tu vivras », l’escalade de la violence politique au Burundi, que des assassinats politiques découlant des élections de 2010 au Burundi ont fait tant de victimes, dans les rangs du parti présidentiel et surtout dans l’opposition, en l’occurrence, au sein du parti FNL, d’Agathon Rwasa.

Des crimes sans nom se sont commis selon cette organisation, et d’une façon illustrative, le carnage de Gatumba du 18 septembre 2011 qui marque la mémoire de cette organisation, ainsi que l’assassinat d’un ancien combattant du FNL, Audace Vianney Habonarugira, tué en juillet 2011.

Dans ce rapport, la HRW souligne également que les temps n’ont pas été faciles chez les journalistes avec le harcèlement de certains d’entre eux comme Bob Rugurika de la Radio Publique Africaine qui a été convoqué à maintes reprises par la justice burundaise.

Le sous secrétaire des Nations Unis pour les droits de l’Homme, Ivan Simonovic en visite au Burundi, depuis ce lundi avait fait savoir dans sa conférence de presse de fin des travaux que ce malentendu entre cette organisation et le gouvernement avait été évoqué lors d’un entretien avec la ministre des droits de l’homme.

Simonovic avait fait savoir que même la ministre n’avait pas réussi à donner la position concrète du Gouvernement sur ce rapport.

Il a indiqué que c’est le thème de ce rapport qui serait à l’origine de cette tension, ajoutant que son organisation avait une étroite collaboration avec les organisations de défense des droits de l’homme dans le monde entier, HRW incluse.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1025 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Justice pour Ernest Manirumva : La société civile au front ,(popularité : 3 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 3 %)

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 2 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 2 %)

Frédéric Bamvuginyumvira conduit à la prison centrale de Mpimba ,(popularité : 2 %)

Bamvuginyumvira auditionné puis reconduit en prison ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Un agent du SNR arrêté à Gihanga ,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 2 %)

La CVR appelle au respect du récit des déposants,(popularité : 2 %)