Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires


Janviere Ndirahisha ministre de l’éducation a émis ce souhait ce mardi à l’Ecole Fondamentale Michaëla se trouvant en commune Kabezi de la province Bujumbura lors de la signature d’un accord de don de 250 tonnes de sardines offertes par le Japon passant par le Programme Mondial Alimentaire. Cette ministre et la représentante de PAM au Burundi affirment que l’alimentation scolaire réduit les abandons scolaires.



Par: Isanganiro , mardi 19 février 2019  à 18 : 11 : 24
a

Les élèves qui chantent ISANGANIRO sont de l’Ecole Fondamentale Michaëla de la commune Kabezi en province de Bujumbura,une école qui détient de la cantine scolaire. A midi, ils se mettent sur la ligne pour être nourris. Lors de la signature de l’accord d’un don de 250 tonnes de sardines destinées aux cantines scolaires offertes par le Japon,Virginia Villar Arribas qui représente PAM au Burundi reconnait que les moyens alloués à ce programme d’alimentation scolaire ne suffit pas."On aurait besoin de 82 millions de dollars pour tout les enfants en âge scolaire. Aujourd’hui nous couvrons un enfant sur quatre avec un montant d’un peu plus de 20 millions de USD. Ce n’est pas seulement de la nourriture que le Japon offre mais plutôt des protéines animales auxquelles beaucoup d’enfants au Burundi n’ont pas nécessairement accès",explique-t-elle.

La ministre Janviere Ndirahisha ayant l’éducation dans ses attributions dit que les cantines scolaires ne devraient pas être un programme pour les élèves démunis mais plutôt pour tous. Au nom du gouvernement, la ministre Ndirahisha demande que les contributions des partenaires dans ce programme soient revus à la hausse afin qu’il s’étende dans tout le pays."Il ne faut pas concevoir que le programme d’alimentation scolaire des enfants vulnérables d’autant plus que a crée un climat social entre eux. On les remercie mais on les demanderait de revoir à la hausse leurs contributions pour soutenir le gouvernement burundais dans les programmes alimentation scolaire", défend la ministre Ndirahisha .

L’ambassadeur japonais Takayuki Miyoshita promet de voir si il faut augmenter ou pas les appuis.

Le conseil des ministres burundais a adopté le 15 Novembre de l’année dernière un projet de cantine scolaire endogène afin de réduire l’insécurité alimentaire et la malnutrition chez les enfants en âge scolaire et préscolaire.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

80 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 74 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 14 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 12 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 12 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 12 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 11 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 11 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 11 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 10 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 10 %)