Oui, à Muramvya et à Tunis les médias plaident pour sa libération




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 6 mai 2012  à 10 : 36 : 31
a

« A regarder son état de santé de plus près, on ne peut pas dire que sa santé est bonne, c’est la raison pour laquelle nous demandons qu’Hassani Ruvakuki soit libéré provisoirement et comparaisse étant plutot plus proche de sa famille, » ce sont les propos de Jérôme Niyonzima s’exprimant sur la façon dont les journalistes Burundais regroupés au sein de l’UBJ, Union Burundaise des Journalistes ont trouvé l’état de santé de notre confrère sous les verrous depuis plus 150 jours à Muramvya lors de leur visite dans ce cachot pour lui souffler le morale.

Le vice-président de l’UBJ, Jérôme Niyonzima a indiqué les journalistes dans c ont vu sans mult difficulté notre confrère dans ce cachot de Muramvya.

« Les journalistes lui ont donné une petite enveloppe d’argent juste pour faire signifier qu’ils à coté de lui dans les péripéties non moins faciles qu’il endure pendant cette période, » a-t-il ajouté.

Plus loin de là, en Tunisie. La capitale Tunis abrite les spécialistes des médias de part le monde où, selon le président de l’UBJ Alexandre Niyungeko, le nom d’Hassani Ruvakuki est souvent revenu.

Il a dit qu’à travers plusieurs interventions dont celle de la directrice de l’Union Africaine, les participants ont demandé aux gouvernements qui ne l’ont pas encore fait de décriminaliser les délits de presse.

Ils ont aussi plaidé pour la libération provisoire d’Hassani Ruvakuki de la part du président de l’UBJ.

Le journaliste Hassani Ruvakuki est sous les verrous depuis bientôt plus de 150 jours. Il a été arrêté par les agents des Services National des Renseignements et conduit à Cankuzo. Quelques jours plus tard, il a été amené au centre du Burundi où il se trouve pour le moment détenu de manière préventive. Sa défense indique qu’il incarcéré en violation des normes.

Sur les 32 personnes qui étaient emprisonnées avec lui présumées accusées de la même infraction que lui à savoir la participation aux actes terrorismes, 24 ont été libérées provisoirement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

413 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 1 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 1 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 1 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 1 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 1 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 1 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 1 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 1 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 1 %)