Muyinga. Des habitants s’organisent pour parer au ravinement continu des rues




Par: Isanganiro , mercredi 27 février 2019  à 06 : 39 : 04
a

Dans une ville avec des rues sans système de canalisation des eaux, plusieurs rues sont devenues impraticables et des immeubles menacés d’écroulement. Des habitants s’organisent pour aménager des caniveaux en attendant l’action coordonnée des services d’urbanisme.

En pleine période de pluies, des eaux se déversant dans différentes rues en ville de Muyinga rendent impraticables certaines rues vers les quartiers. La route passant près de l’Institut Supérieur Islamique de Muyinga fait partie des rues impraticables. Seuls les piétons empruntent cette route en passant par l’intérieur du Quartier Kibogoye vers la Route Nationale No 6, constate- t-on sur terrain. Plusieurs des rues de ce quartier brillent par des fossés qui, par endroit, prennent l’allure de ravins, fait remarquer un résident.

Le problème du quartier est que l’eau provenant des parcelles se déverse dans les rues sans canalisations, ajoute-t-on. « Nous avons décidé de réhabiliter notre route au niveau de nos maisons », fait remarquer madame Cizanye Mwake Mwake .

Un caniveau aménagé à partir de sa parcelle se prolonge sur environs 100 mètres. Trois propriétaires de parcelles successives ont utilisé leurs fonds pour aménager le caniveau avec des matériaux durables. Ils ont fait leur mieux mais des propriétaires de parcelles sur la même route refusent de suivre le modelé, fait remarquer un passant.

Quelles solutions durables ?

L’Administration communale a ordonné à chaque ménage de la ville d’avoir un système de rétention d’eau. « Des communiqués y relatifs ont été lus à travers les églises et il y a six mois, rien n’a été fait », regrette un résident de la ville. L’Administrateur de la commune a recommandé des puisards mais la plupart d’infrastructures publiques elles-mêmes n’en disposent pas, déclare un propriétaire de maison menacée d’écroulement.

« Seules les personnes en possession d’immeuble en construction sont soumises à cette exigence », annonce Aline Manirabarusha , gouverneur de la province Muyinga. Nous recherchons d’éventuels partenaires pour nous appuyer et faire le pavage des routes dotées de systèmes de canalisation des eaux, ajoute-t-elle. Nous essayons d’entretenir nos routes à travers les travaux communautaires en attendant le pavage, signale le Gouverneur.

Agir à temps serait mieux car les dommages causés par les eaux provenant de la ville causent des dégâts aussi en aval dans les marais proches et sur les pentes, alerte l’Ambassadeur Salvator Ngendabanyikwa, résident de la ville.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

144 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza : Bientôt la reconstruction du barrage hydro-agricole



a

Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?



a

Sud du pays : plusieurs espèces sauvages disparues



a

Rumonge : neuf ans après, la jacinthe d’eau toujours présente à Rumonge



a

Bujumbura : diminution de la production de poisson, des parlementaires s’interrogent



a

Bururi : Des agriculteurs attendent toujours de l’engrais payé



a

Bujumbura : Le dépotoir de Buterere sera bientôt transféré à Muzinda



a

Rumonge : Kanyenkoko, victime des inondations



a

Edito : Bujumbura disparait à petit feu



a

Bujumbura : la colline Uwinterekwa menacée des fissures





Les plus populaires
La météo de nouveau fâchée contre Buyengero et Rumonge,(popularité : 14 %)

GASHINYIRA ,Un site historique non entretenu,(popularité : 10 %)

TBC : plus de 200 ha de canne à sucre détruits par le feu,(popularité : 10 %)

Bubanza : chenilles défoliantes qui ravagent les cultures ,(popularité : 10 %)

Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?,(popularité : 10 %)

La région de Muguruka perd 16.300.000 tonnes de terre par an à cause de l’érosion ,(popularité : 10 %)

Muyinga/Construction de plus d’une dizaine de blocs sanitaires au chef-lieu de la Province,(popularité : 10 %)

Aménagement de la déviation sur la Muguruka, il faudra encore attendre,(popularité : 9 %)

La Route Nationale 3 de nouveau coupée,(popularité : 9 %)

Cibitoke : Le lac Dogodogo, petit mais fait vivre beaucoup de familles,(popularité : 5 %)