Le code de la sécurité routière n’existe pas encore au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 8 mai 2012  à 16 : 52 : 12
a

« Les plaques d’immatriculations sont obligatoires pour tous les véhicules sans aucune exception. Je ne savais pas encore que Désiré Uwamahoro se promène à bord d’une limousine sans plaques d’immatriculation, » tels sont les propos d’Eustache Ntagahoraho, Commandant de la Police Spéciale de Roulage, PSR ce mardi 8 mai 2012 à l’ouverture du lancement officiel de la décennie sur la sécurité routière 2011/2020.

Les participants dont le ministre des transports, des travaux publics et de l’équipement lui-même, ont reconnu que le code de la sécurité routière se cherche encore au Burundi.

Certaines de ces imperfections sont entre autre l’absence d’un organe de coordinations des activités relatives à la problématique à la sécurité routière au Burundi. Le Burundi se heurte à un manque de moyen pour être à la hauteur des besoins dans ce secteur selon lui.

Dans l’entre temps, un montant de 150 millions a été prévu par le ministère de tutelle pour placer les panneaux de signalisation le long des routes de la mairie de Bujumbura, selon Moise Bucumi.

Il a indiqué qu’un projet de loi sera d’ici peu acheminé au gouvernement pour amendement.

Ils ont dit que la plupart des accidents au Burundi sont causés par les routes en mauvaise état, les véhicules en mauvais état, la négligence des conducteurs, les conditions météorologiques précaires et autres.

Au moment où le code de la sécurité routière se cherche encore, le ministre a indiqué que le premier projet de loi portant code de sécurité de la route qui avait été envoyé au gouvernement pour amendement accusait des imperfections, raison pour laquelle plus d’innovations sont en cours pour plus de limitations des accidents sur les routes de ce pays. Le rapport de 2011 montre que plus de 2000 cas d’accidents.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1381 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.



a

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services



a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama





Les plus populaires
Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.,(popularité : 30 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 8 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 3 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 3 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 2 %)

La thérapie de l’eau thermale, des habitants de Mugara témoignent,(popularité : 2 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 2 %)

Muyinga. Les enfants vulnérables reçoivent une aide en kit scolaire,(popularité : 2 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 2 %)