Le code de la sécurité routière n’existe pas encore au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 8 mai 2012  à 16 : 52 : 12
a

« Les plaques d’immatriculations sont obligatoires pour tous les véhicules sans aucune exception. Je ne savais pas encore que Désiré Uwamahoro se promène à bord d’une limousine sans plaques d’immatriculation, » tels sont les propos d’Eustache Ntagahoraho, Commandant de la Police Spéciale de Roulage, PSR ce mardi 8 mai 2012 à l’ouverture du lancement officiel de la décennie sur la sécurité routière 2011/2020.

Les participants dont le ministre des transports, des travaux publics et de l’équipement lui-même, ont reconnu que le code de la sécurité routière se cherche encore au Burundi.

Certaines de ces imperfections sont entre autre l’absence d’un organe de coordinations des activités relatives à la problématique à la sécurité routière au Burundi. Le Burundi se heurte à un manque de moyen pour être à la hauteur des besoins dans ce secteur selon lui.

Dans l’entre temps, un montant de 150 millions a été prévu par le ministère de tutelle pour placer les panneaux de signalisation le long des routes de la mairie de Bujumbura, selon Moise Bucumi.

Il a indiqué qu’un projet de loi sera d’ici peu acheminé au gouvernement pour amendement.

Ils ont dit que la plupart des accidents au Burundi sont causés par les routes en mauvaise état, les véhicules en mauvais état, la négligence des conducteurs, les conditions météorologiques précaires et autres.

Au moment où le code de la sécurité routière se cherche encore, le ministre a indiqué que le premier projet de loi portant code de sécurité de la route qui avait été envoyé au gouvernement pour amendement accusait des imperfections, raison pour laquelle plus d’innovations sont en cours pour plus de limitations des accidents sur les routes de ce pays. Le rapport de 2011 montre que plus de 2000 cas d’accidents.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1466 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 11 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 9 %)

Rwanda :les réfugiés burundais transférés vers Kirehe,(popularité : 9 %)

Sorbonne, SIHO et HCR ouvrent l’université des réfugiés au Burundi en septembre ,(popularité : 9 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 8 %)

Désiré Niyondiko n’est plus, son épouse et son guide spirituel témoignent ,(popularité : 8 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 8 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 8 %)

Infirmiers sans Frontières va bientôt traire le soja,(popularité : 8 %)

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie,(popularité : 8 %)