Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique


Le parti Congrès national pour la liberté a ouvert sa permanence à Rumonge ce dimanche 26 mai. Un comité provincial a été également présenté. Des dénonciations des cas d’arrestation de leurs militants ont marqué tous les discours.



Par: Isanganiro , lundi 27 mai 2019  à 15 : 48 : 10
a

« Onze de nos militants sur treize en province Rumonge ont été arrêtés injustement et croupissent toujours aux cachots », indique Jean-Berchmans Mbanye, représentant du CNL dans la région Imbo-Mirwa (couvre les provinces de Cibitoke, Bubanza, Mairie de Bujumbura, Bujumbura et Rumonge).

Pour Agathon Rwasa, président du CNL en déplacement à Rumonge, indexe le pouvoir en indiquant des priorités pour un gouvernement soucieux du futur de son peuple. « Une politique adéquate est celle qui consiste en une organisation de la vie du pays dans tous ses secteurs en privilégiant l’intérêt public », dit-il.

À côté des instances judiciaires et des forces de l’ordre appelées à jouer correctement leur rôle, le président du CNL demande aux autorités administratives d’éviter de tremper dans l’intolérance politique.

« Il est vrai que l’on devient autorité souvent en provenance d’un parti politique. Mais dès qu’on est à la tête d’une communauté, on œuvre pour tout le monde pour un développement harmonieux », déclare Agathon Rwasa.

Des tambourinaires dont une avance avait été versée pour agrémenter ces cérémonies n’ont pas joué au tambour, intimidé par un membre influant du CNDD-FDD à Rumonge, indiquent certains militants du CNL. Alphée Havyarimana, pointé du doigt, a nié l’accusation.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

193 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 22 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 22 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 21 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 21 %)

Manif anti 3è mandat : Un agent du SNR tue un militaire de la FDN à Musaga,(popularité : 15 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 15 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 15 %)

Trois pays de la région disent oui au troisième mandat de Pierre Nkurunziza,(popularité : 15 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 15 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 15 %)