L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café




Par: Désiré Nimubona , mardi 15 mai 2012  à 20 : 59 : 25
a

La quantité des produits agricoles exportés est basse selon le chargé de la promotion de l’exportation au sein de l’Agence burundaise de Promotion des Investissements, API, Eddy Patrick Bakina dans une interview ce matin à Bujumbura, en marge d’un forum tripartite API-FAO-CTB.

Selon lui, le pays doit songer à diversifier les cultures d’exportation en plus du thé et du café, qui, selon lui, font face à une forte compétition des autres pays exportateurs.

« Nous allons promouvoir la culture des légumes et des fruits, nous allons promouvoir la culture des olive pour l’huile, » souligne Bakina.

L’API propose le regroupement des terres pour avoir de grands espaces cultivables, afin de faire face à un manque criant de denrées alimentaires.

Citant le plan d’investissement agricole lancé dernièrement en mars 2012, un plan qui va couvrir la période allant de 2012 à 1017, la ministre du commerce et d’industrie, Victoire Ndikumana, dit que le pays a fait un pas en avant dans l’intensification « des cultures traditionnelles d’exportation comme le thé et le café, le développement et l’intensification des filières animales et vivrières », le développement des « infrastructures d’appui à la production telles que la transformation, la commercialisation, le stockage, (…) », et enfin la création d’un « environnement incitatif à l’investissement ».

Le Burundi vit essentiellement de l’agriculture et de l’élevage et plus de 22% de la population burundaise connaît une famine cyclique et chronique depuis un certain temps, sans espoir d’en sortir.

L’Agence de Promotion des Investissements au Burundi fait savoir que 90% de la population burundaise vit de l’agriculture, le considérant comme un secteur qui emploie plus de monde mais avec peu de succès.

Actuellement, selon l’API, il est possible de faire son entreprise en une journée, alors qu’avant l’instauration de l’API, cela pouvait prendre plusieurs mois.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

622 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 3 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 3 %)

Révision Budgétaire : le rôle des deux chambres du parlement se cherche encore ,(popularité : 3 %)

OLUCOME : Un projet de loi sur la presse contre la tolérance zéro à la corruption ,(popularité : 3 %)

Anguille sous roche dans le commerce intra régional,(popularité : 3 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 3 %)

Révision budgétaire au mois de juin suite manque des recettes ,(popularité : 3 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 3 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 3 %)

Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 3 %)