Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais




Par: Désiré Nimubona , lundi 12 septembre 2011  à 08 : 37 : 23
a

Les conditions des prisonniers de Mpimba sont jugées « odieuses » par le porte-parole de l’Ombudsman burundais Didace Sunzu

Lors de sa visite dans la prison centrale de Mpimba ce lundi, l’Ombudsman burundais a souligné, à travers son porte-parole que les conditions carcérales à la prison centrale de Mpimba sont inhumaines, surtout avec le surnombre et l’alimentation très insuffisante pour les détenus avoisinants 3.800 alors que sa capacité d’accueil initiale était de 800 personnes.

« Il y a un problème surtout en ce qui est du grammage de la quantité de nourriture car chaque personne a droit au moins à 350g de haricots et 350g de farine de manioc » a précisé le porte-parole de l’Ombudsman burundais Didace Sunzu qui confirme aussi que depuis un certain temps, les détenus n’ont pas de l’huile et du sel.

Cri des détenus

Lors de la visite de la prison centrale de Mpimba, le constaté a été que les détenus dorment dans conditions déplorables.

« Nous dormons à la belle étoile et dans la promiscuité totale » a souligné Sabahungu, 60 ans en prison depuis 15 ans ; ajoutant qu’il y a aussi des détenus qui dorment les uns sur les autres ou tout simplement quelques heures avant de laisser la place aux autres.

Les femmes sont aussi présentes dans cette prison de Mpimba comme on l’a constaté. Selon l’une d’entre elles,la vie des détenues féminins n’est pas rose : certaines avec des nourrissons, nés dans la prison ou accompagnés leurs mamans vers cette maison sans de liberté

« Dans cette prison il y a des enfants qui sont nés ici même ou qui se sont retrouvés en prison suite aux infractions de leurs mères » a raconté l’une des femmes détenues.

Lors de cette visite de l’Ombudsman l’image réelle de la vie des prisonniers a été dévoilée. Des mineurs sont dans ce lieu de détention le plus vaste du Burundi.

« On m’a accusé de viol » a raconté un jeune garçon de 13 ans à l’Ombudsman burundais Mohamed Rukara.

Sabuhungu, 60 ans et représentant des vieillards de cette maison de détention a fait savoir que la vie est pratiquement impossible à Mpimba.

« Nous voulons la grâce présidentielle octroyée par le chef de l’Etat ; nous voulons passer le reste de nos jours près de nos familles » a souligné Sabuhungu.

« Nous voulons aussi le temps de léguer nos enfants car nous allons bientôt mourir sans rien dire à notre descendance » a-t-il ajouté.

Notons que lors de cette visite, Mohamed Rukara s’est entretenu avec certains détenus, en confidentialité ; à l’exception d’Hussein Radjabu qui a catégoriquement refuser l’entrevue avec l’ombudsman. Il s’agit de Patrice Faye, un français qui vient d’être condamné à 25 ans de prison, Hilaire Ndayizamba détenu dans l’affaire d’assassinat de Manirumva ancien vice-président de l’Olucome, Jean Bigirimana, détenu dans le même dossier qu’Hussein Radjabu, ancien patron du parti présidentiel et d’autres.

Notons que la prison de Mpimba regorge 3745 détenus dont 3574 hommes et 141 femmes. Il y a aussi 30 nourrissons, 195 mineurs, selon les statistiques du chef de cette maison de détention.

Notons aussi que l’ancien homme fort du parti au pouvoir aurait refusé de rencontrer le médiateur comme des informations de la prison de Mpimba le disaient depuis ce lundi matin.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1195 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 3 %)

L’Association des journalistes de l’Afrique de l’est demande la libération de Hassan Ruvakuki ,(popularité : 3 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 1 %)

L’Eglise Catholique dénonce encore des violations des droits de l’homme ,(popularité : 1 %)