L’inflation est aussi une autre tare de la monnaie Burundaise




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 16 mai 2012  à 18 : 41 : 53
a

Au mois d’avril 2012, l’inflation de la monnaie Burundaise était de 24,5%. Le représentant de l’ONG locale Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’évolution des Mentalités, PARCEM, a relevé une série des causes qui méritent, selon lui, une réflexion approfondies pour la stopper.

Dans ce document rendu public ce mercredi le 16mai2012, Faustin Ndikumana indique que certains commerçants véreux ont fait de la spéculation leurs stratégies pour gagner plus d’argent. Cette situation est selon lui loin de nature à freiner des prix sur le marché surtout parce que la plupart d’entre eux ont le monopole du marché .

L’inflation dépend aussi de l’origine de la monnaie selon ce document. « En 2011, la banque centrale accusait un déficit de plus de 80 milliards de francs bu suite aux recours à des bons de trésors, » dit-il. Si une fois la banque centrale continue à contracter des crédits au niveau des banques qui sont dans le pays, la monnaie va inéluctablement perdre sa valeur, selon la parcem. La croissance monétaire sans une réelle production constitue un danger selon lui.

Les taux d’intérêt bancaires sont aussi l’autre défi qui, d’ailleurs constitue un coup dur pour la monnaie Burundaise de la part de Faustin Ndikumana.

A cela s’ajoute l’enclavement du Burundi qui accule les commerçants à exiger des prix exorbitants dans la fixation des prix pour ne pas travailler à perte toujours de la part de Parcem.

De la part de Parcem, les Burundais devraient se mettre ensemble pour pallier l’inflation de la monnaie Burundaise notamment par la définition de la politique d’austérité, l’adoption des politiques de nature à minimiser le nombre de gens qui veulent vivre inutilement sur l’argent du contribuable et l’amélioration de la gouvernementale dans le secteur de l’économie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

500 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 6 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 5 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 3 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Le délestage au futur ou au présent au Burundi ?,(popularité : 2 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 2 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 2 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 2 %)