Peut-on parler de quiproquo autour de la sécurité de l’Ombudsman ?




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 18 mai 2012  à 18 : 06 : 37
a

« La population est coupée de la vérité sur les raisons d’être de la sécurité en danger de l’ombudsman. La transparence est nécessaire pour lever les zones d’ombres qui trament dans ce dossier » ce sont les propos de Dr Gertrude Kazoviyo, la vice présidente de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale, OAG ce vendredi sur la problématique de la sécurité de l’Ombudsman qui fait parler d’elle depuis plus d’une semaine.

Elle a dit qu’il y a eu une série d’interventions sur les médias sur la sécurité de l’Ombudsman au départ. Pour elle, Mohammed Rukara aurait confiée sa préoccupation aux institutions chargées de la sécurité avant de s’adresser aux médias.

De la part de Gertrude Kazoviyo , il ya tout de même une suite logique dans les propos qui sont dits autour de la sécurité de l’Ombudsman malgré les divergences aussi palpables.

Le gouvernement de Bujumbura, par le biais de son porte-parole, a dit qu’il ne peut travailler en aucune façon sur des rumeurs, mais a promis de lui donner un nombre suffisant de forces de l’ordre pour garantir davantage sa sécurité selon elle. Cela signifie qu’il est attentif du moins aux attentes du porte-parole de l’Ombudsman, Jérôme Ndiho, qui disait que sa sécurité est en danger a indiqué Gertrude Kazoviyo.

Dans l’entre temps, les personnes qui en veulent à la mort de l’ombudsman ne sont toujours pas connues. La promesse de l’ombudsman de révéler leurs noms ne sera pas reportée aux calendes grecques car il a promis d’animer une conférence de presse sur cette préoccupation.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1014 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 53 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 30 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 28 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 28 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 28 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 27 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 27 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 23 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 22 %)

Muyinga/L’évêque du diocèse catholique dénonce les messages divisionnistes,(popularité : 21 %)