L’école Primaire de Muguve au bord de l’écroulement.




Par: , samedi 19 mai 2012  à 11 : 45 : 28
a

Au sommet de cette colline Muguve de la zone Ruyaga située à une dizaine de kilomètres de la capitale Bujumbura, quatre maisons y étaient érigées, trois d’entre elles n’ont même pas laissé de traces lors de l’effondrement , les familles qui les occupaient logent aujourd’hui chez les voisins et deux maisons qui restent peuvent s’écrouler à tout moment.

Le glissement de ce terrain a également emporté les cultures. Une femme rencontrée sur place nous a indiqué qu’elle espérait récolter les vivres en quantité suffisante mais cet espoir s’ est effrité.

En bas de cette colline il y’ a d’autres maisons, une église et une école primaire. Toutes présentent au moins une fissure plus ou moins grave.

Cet écroulement n’a pas emporté de vies humaines mais les habitants craignent que le pire puisse arriver à voir le danger que présente cette colline très accidentée au sol fragile.

Le projet de construire l’église en bas de cette colline a été abandonné sous peine de voir les efforts fournis anéantis.

Trois salles de classe présentent des fissures qui menacent de les couper en deux. Dans une de ces salles deux rangés de bancs pupitres ne servent plus de sièges aux écoliers suite à ce danger. Regroupés dans un seul côté ils sont tellement accrochés aux leçons qu’ils semblent ignorer l’existence de la menace.

La classe de la 1ère année se trouvant à deux mètres du ravin a été abandonnée après l’effondrement d’une partie de la fondation. Les écoliers ont déménagé vers le collège communal de Muyira une zone voisine. Mais ils attendent la fin des cours à 13h pour occuper une salle. Cette situation entrave le bon déroulement des activités.

Un des enseignants a indiqué qu’il travaille dans une peur panique. A voir la gravité de la situation, même si l’école a été construite dans de matériaux durables, son écroulement est évident.

Les autorités communales de Kanyosha qui se sont rendues sur les lieux affirment que les dégâts constatés sont énormes mais précisent que la situation est tellement grave que la commune ne peut tenter aucune solution que de compter sur les échelons supérieurs .

L’enseignant qui a parlé au micro de la Radio Isanganiro a indiqué que les activités continuent jusqu’à ce que les autorités habilités décident de faire évacuer les élèves vers un autre endroit.

Entre temps la menace est évidente. Des centaines de vies humaines courent le risque d’être emportées par l’écroulement de cette colline.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

408 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Musigati, les adeptes d’Eusébie boudent le vaccin contre la méningite



a

Santé : Plus d’une semaine de vaccination contre la Méningite



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Bubanza : La population est appelée à répondre à la semaine santé mère-enfant



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats





Les plus populaires
Education : Un sac de ciment pour valider l’inscription d’un nouvel élève ,(popularité : 6 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 4 %)

Musigati, les adeptes d’Eusébie boudent le vaccin contre la méningite,(popularité : 4 %)

Les personnes vivant avec le handicap demandent le respect de leur droit pour une autonomie effective,(popularité : 3 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 3 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 3 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 3 %)

Hôpital général de Mpanda : des lieux d’aisance non fonctionnels ,(popularité : 3 %)