Il y a aussi des citoyens de seconde zone au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 21 mai 2012  à 09 : 09 : 36
a

« La célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Burundi devrait être une occasion pour le peuple burundais de se réjouir ensemble autour d’elle. Hélas , C’est dommage qu’il existe encore au Burundi une catégorie des Barundi à part. Et d’autres qui jouissent de tous les droits. » Ce sont là les propos de Pancrace Cimpaye, membre du parti Sahwanya Frodebu aujourd’hui en exil, s’exprimant sur la situation socio-politique au Burundi en moins de deux mois de la célébration de l’indépendance du Burundi.

Il a généralement relevé les grandes zones d’ombres qui caractérisent aujourd’hui la jeune démocratie. De la part de Pancrace Cimpaye, certains membres des partis politiques ne sont pas libres d’organiser les réunions pour débattre des problèmes qui minent la société Burundaise d’aujourd’hui.

La démocratie a été décapitée selon toujours Pancrace Cimpaye car le débat contradictoire au Burundi n’existe plus. Pire encore, beaucoup de citoyens sont locataires des établissements pénitentiaires pour leur appartenance politique uniquement. D’autres personnes sont en exil de la part de cet homme qui est aussi l’un des fondateurs de Sahwanya Frodebu.

De la part de Pancrace Cimpaye, le gouvernement de Bujumbura devrait tout faire pour rassembler le peuple Burundais car le Burundi appartient à tout le monde.

Pour lui, les burundais devraient jouir de leurs droits de la même manière pour la sauvegarde du tissu des Burundi.

Il a invité le gouvernement de Bujumbura de trouver des solutions à cette situation non moins problématiques à travers le dialogue entre le gouvernement de Bujumbura et les partis politiques regroupés au sein de l’ADC ikibiri. "L’avenir du Burundi appartient à tout le monde," a-t-il souligné.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

737 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"





Les plus populaires
Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 8 %)

Des travaux d’exhumation des restes du dernier roi du Burundi lancés ce mardi à Gitega,(popularité : 3 %)

Le chef des Renseignements burundais remplacé,(popularité : 3 %)

Il n’a aucune raison de se représenter, dixit OAG ,(popularité : 3 %)

Le Conseil des Evêques Catholiques du Burundi appelle encore une fois au dialogue inclusif ,(popularité : 3 %)

BURUNDI/NECROLOGIE : Mort du colonel Epitace Bayaganakandi,(popularité : 3 %)

Le Lieutenant Général inhumé ce samedi à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Politique : Le message du président de la République sur sa candidature de 2020 différemment interprété,(popularité : 3 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 3 %)

CNDD-FDD : Plus qu’un meeting à Bujumbura,(popularité : 3 %)