Il y a aussi des citoyens de seconde zone au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 21 mai 2012  à 09 : 09 : 36
a

« La célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Burundi devrait être une occasion pour le peuple burundais de se réjouir ensemble autour d’elle. Hélas , C’est dommage qu’il existe encore au Burundi une catégorie des Barundi à part. Et d’autres qui jouissent de tous les droits. » Ce sont là les propos de Pancrace Cimpaye, membre du parti Sahwanya Frodebu aujourd’hui en exil, s’exprimant sur la situation socio-politique au Burundi en moins de deux mois de la célébration de l’indépendance du Burundi.

Il a généralement relevé les grandes zones d’ombres qui caractérisent aujourd’hui la jeune démocratie. De la part de Pancrace Cimpaye, certains membres des partis politiques ne sont pas libres d’organiser les réunions pour débattre des problèmes qui minent la société Burundaise d’aujourd’hui.

La démocratie a été décapitée selon toujours Pancrace Cimpaye car le débat contradictoire au Burundi n’existe plus. Pire encore, beaucoup de citoyens sont locataires des établissements pénitentiaires pour leur appartenance politique uniquement. D’autres personnes sont en exil de la part de cet homme qui est aussi l’un des fondateurs de Sahwanya Frodebu.

De la part de Pancrace Cimpaye, le gouvernement de Bujumbura devrait tout faire pour rassembler le peuple Burundais car le Burundi appartient à tout le monde.

Pour lui, les burundais devraient jouir de leurs droits de la même manière pour la sauvegarde du tissu des Burundi.

Il a invité le gouvernement de Bujumbura de trouver des solutions à cette situation non moins problématiques à travers le dialogue entre le gouvernement de Bujumbura et les partis politiques regroupés au sein de l’ADC ikibiri. "L’avenir du Burundi appartient à tout le monde," a-t-il souligné.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

706 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

’’Une manifestation pacifique est possible’’, prédit l’opposition ,(popularité : 3 %)

Rwasa : Un référendum sur la constitution ne serait qu’une simple spéculation politicienne,(popularité : 3 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 2 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)

Le responsable de la police présidentielle limogé trois mois après sa nomination,(popularité : 2 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 2 %)

Un silence complice sur les défis de la gouvernance ,(popularité : 2 %)