L’Agence Buundaise d’Investissement dresse un bilan positif et espère encore à un bon classement




Par: Désiré Nimubona , mercredi 23 mai 2012  à 14 : 00 : 25
a

En deux ans, l’Agence Burundaise d’Investissement (API) souligne qu’elle a déjà installé au moins 180 nouvelles entreprises au Burundi, suite à son implication dans la promotion de l’investissement, selon son Directeur Libérat Mpfumukeko dans une conférence de presse ce lundi soir à Bujumbura.

Les nouvelles entreprises qui sont installées dans cette optique, selon le patron de l’API, sont essentiellement, Kobil, le géant de la commercialisation du carburant en Afrique de l’Est, Jubilee Insurance Company, Azam et les autres.

Des emplois ont été créés suite à ces efforts de l’Agence Burundaise d’Investissement. Il souligne que 101 projets ont créés 10.000 emplois, tandis que 180 projets ont donné 20.000 emplois.

Sur tous ces emplois créés, entre 60% et 70% de bénéficiaires sont des burundais, indique toujours le Directeur Libérat Mpfumukeko.

Si les entreprises étrangères sont venus en grand nombre au Burundi, les entreprises locales ont aussi vu le jour, selon le patron de l’API, soulignant que « les burundais sont capables » eux aussi à faire des bons et grands projets.

Si le Burundi a gagné 12 places, au niveau mondiale dans le classement général Doing Business 2012, et si le pays a été classé 7ème réformateur au niveau mondial et 4ème en Afrique, c’est grâce, selon lui, aux projets initiés par les étrangers, mais aussi au burundais, qui ont profité eux aussi aux avantages d’investissement au Burundi, que cette Agence a initié.

Et aujourd’hui ?

Le patron de l’API souligne que des nouvelles réformes pour attirer plus d’investisseurs au Burundi sont en cours. Aujourd’hui, souligne-t-il, une entreprise se crée en une journée et non un jour.

L’obtention du permis de construire est plus facile, tandis que le raccordement à l’électricité a été revu surtout avec la suppression du monopole de la Regideso en ce qui est de fournir des transformateurs du courant électrique.

Aujourd’hui, souligne Mpfumukeko, c’est facile de s’acheter un transformateur électrique, alors que traditionnellement, seule la Regideso était le seul à pouvoir faire cette commande, ou vendre aux nécessiteux.

C’est grâce à ces nouvelles réformes que l’API s’attend à un meilleur classement dans le rapport Doing Business 2013, dont la publication est prévue en fin de cette semaine, selon toujours une source de l’API à Bujumbura.

L’API avait été créé en 2009 par le décret présidentiel avec pour mission essentielle d’assister les investisseurs, la confection et études des stratégies pour attirer les investisseurs, selon un document remis aux journalistes par l’API ce lundi, en marge de cette conférence de presse.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

579 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 5 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 3 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 3 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 3 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 3 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 3 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 3 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 3 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 3 %)