Le Burundi parmi les prochaines victimes de la famine, parle un rapport




Par: Désiré Nimubona , lundi 17 octobre 2011  à 16 : 57 : 29
a

International Food Policy Research Institute (IFPRI), Welthungerhilfe et Concern Worldwide ont produit conjointement un rapport classant le Burundi, le Tchad, la République Démocratique du Congo et L’Érythrée, tous des pays d’Afrique sub-saharienne, aux niveaux extrêmement alarmant de la faim.

La Classification de ces pays a été basée sur trois indicateurs d’importance égale : la proportion de personnes sous-alimentées, la proportion d’enfants de moins de cinq ans qui souffrent d’insuffisance pondérale, et le taux de mortalité infantile.

Le rapport, cependant, fournit une image du passé, pas le présent, parce que la mise à la minute près les données ne sont pas encore disponibles.

Malgré cela, l’indice de la faim mondiale selon le rapport de 2011, stipule que la demande croissante pour les biocarburants, les conditions météorologiques extrêmes et le changement climatique ainsi que l’ augmentation de l’activité financière par les marchés à terme de marchandises sont les principales causes des prix alimentaires élevés et volatils.

Ces défis, sont exacerbées par des niveaux historiquement bas des réserves de céréales, les marchés d’exportation pour les produits de base qui sont fortement concentrées dans quelques pays, et le manque d’information opportune, exacte sur la production alimentaire, les niveaux des stocks et la prévision des prix, qui peuvent conduire à des réactions excessives par les décideurs et la flambée des prix.

« Cette tragédie humanitaire souligne également l’une des principales motivations derrière la faim dans le monde l’indice de la nécessité de fournir des informations », a souligné Wolfgang Jamann, secrétaire générale à la Welthungerhilfe. Il a ajouté que « bien que l’information ne sera pas remplir les estomacs des gens, résoudre le problème de la faim nécessite des données en temps opportun sur où et pourquoi la faim est en cours."

Pour sa part, Klaus Von Grebmer, auteur principal du rapport et de la Communication Directeur IFPRI, a déclaré, « les gens les plus pauvres et les plus vulnérables paient le plus lourd fardeau quand les prix alimentaires montent imprévisiblement."

"Ce rapport appelle à l’action sur plusieurs fronts pour renforcer la résilience et atténuer les effets de la volatilité, en particulier dans les pays où la faim est la plus grave ", a t-il ajouté.

Commentant également, Tom Arnold, directeur général de Concern Worldwide a déclaré : « La crise actuelle dans la Corne de l’Afrique, tout en n’étant pas affecté par les prix mondiaux, souligne la vulnérabilité de millions de personnes pauvres dans le monde de la météo et d’autres chocs, ainsi que la nécessité de s’attaquer aux causes profondes de la faim."

Notons que le Burundi continue à connaitre une forte inflation, suite au manque d’électricité, du carburant et même la monté des prix des denrées alimentaires, ainsi que la montée des prix du transport et communication dans le pays. Au mois de d’aout 2011, l’inflation a battu un record de 11.0%, selon des chiffres de l’Institut des Statistiques du Burundi, ISTEEBU




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1106 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 8 %)

Renvoi des étudiants du campus Kiriri de l’Université du Burundi,(popularité : 4 %)

La Société civile réclame la libération de Faustin Ndikumana et la transparence dans les recrutements ,(popularité : 3 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 3 %)

Les plus favoris seraient les femmes du CNDD-FDD ,(popularité : 3 %)

La polygamie à Muyinga divise la famille des musulmans ,(popularité : 3 %)

L’éducation n’a pas de limites,(popularité : 3 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 3 %)

Les 1 er Lauréats en musicologie au Burundi,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)