Une histoire de la nyakurisation politique




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 25 mai 2012  à 18 : 36 : 16
a

« Il faut mettre à la place qu’il faut des hommes qu’il faut, » tels sont les propos de Léonce Ngendakumana, président de l’ADC ikibiri ce jeudi dans une conférence de presse au cours de laquelle il s’est exprimé sur la nécessité pour lui de limoger le ministre de l’intérieur qui est, selon du moins ses propos, responsable de l’histoire de la nyakurisation depuis 2009 , la création des partis satellites au parti au pouvoir.

Dans cette conférence de presse en effet, Léonce Ngendakumana a indiqué qu’en octobre 2009, Jacques Kenese et Pasteur Habimana ont, de mèche avec la police et quelques membres du ministère de l’intérieur, voulu créer le FNL-iragi rya Gahutu Rémy. Le comité exécutif du parti FNL en ont par la suite refusé l’existence.

Cela n’a pas empêché au ministre de l’intérieur, Edouard Nduwimana, de se servir par la suite d’Emmanuel Miburo et d’autres pour entériner les clauses du congrès qu’il a qualifié de fantôme le 6 août de l’année suivante en violation de la loi.

Le parti UPD-Zigamibanga n’a pas aussi été épargné par la nyakurisation. Zedi Feruzi et d’autres ont été à la solde du ministère de l’intérieur pour malmener Pascaline Kampayano.Dans la nuit du 31 janvier 2011, sur bénédiction du ministre de l’intérieur, Zedi Feruzi a défoncé les portes de la permanence du parti UPD et pilla systématiquement tout le patrimoine du parti en témoignent les procès verbaux établis par la police judiciaire.

Pour le président de l’ADC Ikibiri, Léonce Ngendakumana, même la société civile et les médias ne sont pas à l’abri de cette nyakurisation. Il estime qu’Edouard Nduwimana se trouve à la tête de toutes les entraves qui aujourd’hui secouent la démocratie Burundaise "nous sommes en train de vérifier une information selon laquelle de proposer au chef de l’Etat de dissoudre la Commission Electorale Nationale Indépandante pour la remplacer par un département chargé des élections au sein de son ministère. Au cas où cette mesure serait confirmée , ça serait un cas gravissime pour la démocratie au Burundi." a t il indiqué.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1327 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"



a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril





Les plus populaires
Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi ,(popularité : 11 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 10 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 10 %)

« La loi a été respectée », dit le directeur de la radio Isanganiro,(popularité : 10 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 9 %)

3ème mandat : L’archevêque de Gitega conteste en usant de rhétorique ,(popularité : 9 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 9 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 9 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 9 %)

La CVR a besoin des journalistes pour accomplir ses missions,(popularité : 8 %)