La CNTB peut aussi nourrir les enjeux électoraux de 2015 à l’uprona




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 29 mai 2012  à 08 : 39 : 04
a

« un parti politique qui se veut responsable et qui participe de droit au gouvernement ne devrait pas s’engager dans le sabotage des institutions et encore moins prôner la subversion populaire ou la désobéissance civile » ce sont les propos de Bucumi Tite , le président du parti politique MSP inkinzo en réaction contre le document qui relate brièvement les clauses de la récente retraite des membres du partis Uprona à Gitega ce dimanche et dont il dit avoir cherché .

Dans ce document qu’il nous a donné en effet, Le parti Uprona veut résoudre politiquement les défis qui, aujourd’hui occultent la CNTB pour avoir une visibilité politique dans les élections de 2015.Ce document indique que l’uprona a besoin de supprimer ou d’affaiblir la CNTB en diminuant sa compétence et en lui retirant les personnes les plus gagnées à la cause de la restitution des terres entre les résidents et les rapatriés. Ce faisant, une pression devra être engagée sur le CNDD FDD et le président de la république pour obtenir le remplacement du président de la CNTB .

La loi qui régit la CNTB devra être révisée pour en réduire la compétence. Les anciens membres de la CNTB devront être maintenus pour défendre les intérêts du parti selon ce rapport. Les upronistes seront consignés d’empêcher la CNTB d’entreprendre des actions de natures à affaiblir ce parti surtout l’abandon de la mesure d’expropriation des biens des tutsis de 1972 et l’abandon aussi du démantèlement des sites des déplacés restants car ces mesures risquent de constituer une mort lente de l’UPRONA.

Les membres de l’uprona devront aussi s’engager pour refuser que les jugements à l’amiable ne soient pas révisés comme l’ambitionne le président de la CNTB . Toujours au chapitre de la CNTB, le parti Uprona orchestrera une campagne médiatique pour disqualifier la CNTB en particulier parmi les rapatriés et les résidents des provinces du Sud.

Pour y arriver , l’uprona organisera les résidents pour qu’ils empêchent les responsables de la CNTB d’entrer dans leurs terres. Les upronistes se sont résolus de contacter les ambassadeurs, les évêques et la société civile pour leurs faire comprendre que la réconciliation peut être perturbée par la problématique de la restitution des terres. Ces stratégies auront pour objectif de sauvegarder la confiance des membres de l’Uprona dans le pays, une chance pour sa réussite aux élections de 2015.

Bucumi Tite ne nous a pas cependant dit la façon dont il s’est approprié ce document. D’autres chapitres autour des enjeux électoraux de 2015 étaient notamment le fonctionnement de la CVR et la Police nationale du Burundi selon Bucumi Tite.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

388 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Pas de négociation en Suisse mais un atelier,(popularité : 3 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 2 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 2 %)

La rencontre rouvrira l’espace politique ,(popularité : 2 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 2 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 2 %)

« Dialogue » ou « Monologue » ?,(popularité : 2 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 2 %)

Le comité central est gestionnaire de la crise de l’Uprona,(popularité : 2 %)