Une main militaire invisible serait aussi un frein dans la politique Burundaise




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 29 mai 2012  à 16 : 26 : 04
a

« Au niveau de la CNIDH , nous apprécions la récente décision du gouvernement de Bujumbura relative à la détaxation des produits alimentaires mais nous serions davantage contents si des mesures concrètes seraient aussi prises pour briser l’impunité » ce sont les propos de Jean Marie Vianney Kavumbagu ce mardi au cours d’un café de presse sur les enjeux autour du financement du cadre stratégique lutte contre la pauvreté ,CSLP2 attendu en octobre de cette année que le Parcem , parole et action pour le réveil des mentalités avait organisé à l’endroit de la société civile, de l’administration et des bailleurs de fonds pour le Burundi.

Dans son travail « Le sens et l’impact des rapports sur les droits de l’homme » , Le PR Siméon Barumwete a montré que depuis la chute du mur de Berlin l’aide en Afrique est toujours conditionnée par la situation des droits de l’homme.

Il a inventorié certaines des causes qui constituent au Burundi des tares pour la démocratie. Il s’agit de la banalisation de la violence, du mauvais fonctionnement de l’appareil judiciaire, de l’absence de la culture démocratique caractéristique de nos dirigeants, de l’inadéquation culturelle de la démocratie en Afrique et au Burundi en particulier.

Tous ont convergé pour dire que l’impunité est le grand mal dont le Burundi souffre. « Si les individus n’ont plus confiance dans les institutions l’Etat n’existe plus » a-t-il indiqué.

De la part de ces hommes, telles sont certaines que le Burundi devrait améliorer pour bénéficier de l’aide surtout parce que même sur de 800 miliards de francs bu que l’Union Européenne avait promis pour l’année écoulée, il a bénéficié moins de 20% a indiqué le président de Parcem.

Le conseiller politique de la délégation de l’union européenne, Pavel Pinkava a indiqué la revendication les droits de l’homme revient d’abord aux Burundais eux-mêmes. La sécurité des citoyens, Les droits de l’homme sont aussi les conditions de vie des burundais. « j’ai entendu le président de la république dire que d’ici 2025 le Burundi sera un pays dans lequel on ne parlera plus pauvreté. Je ne sais pas si cela est vrai mais j’attends. » A-t-il indiqué.

« Le pouvoir politique peut aussi se trouver ailleurs que dans l’organigramme reconnu. Mais les autorités reconnues par la loi sont toujours les premiers à être comptables des effets de cette situation, » c’est la réponse du professeur Siméon Barumwete à la question du journaliste Innocent Muhozi selon laquelle le Burundi fait aujourd’hui face à des difficultés de gouvernance parce que les vrais gouvernants de ce pays sont des militaires qui jouissent d’une grande responsabilité pourtant formellement invisible.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

832 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Troubles au sein de la prison centrale de Gitega,(popularité : 4 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 3 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 3 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 3 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 3 %)

L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 2 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 2 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 2 %)

Blanchiment d’argent : Où est le procureur général de la république ? ,(popularité : 2 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 2 %)