Les "non-dit" du rapatriement controversé des restes du corps de MwambutsaIV :
Opinion d’Emmanuel Ndayirukiye ; Rohero ; Bujumbura-Burundi




Par: , mardi 29 mai 2012  à 18 : 25 : 35
a

Le Burundi se prépare à célébrer avec éclat, dit-on, le 1er Juillet
2012, le 50 ème Anniversaire de son Indépendance. C’est pratiquement
dans la foulée que le public a appris la décision du Gouvernement du
Burundi de rapatrier la dépouille de l’avant-dernier Souverain, chassé
de son trône par le coup d’état militaire du 28 Novembre 1966, ayant
vécu jusqu’à sa mort (1977) en Suisse (où il a été enterré), dans
l’abandon, et la solitude de l’exil, après avoir vu décimer sa
descendance.

L’évènement consiste à exhumer et rapatrier, non pas, comme on
l’écrit à tort (sauf par euphémisme) “le corps” de l’illustre
défunt il y a 35 ans, mais ce qui en reste. En effet, du corps, il n’ y
a sûrement plus comme trace que quelques ossements. Mais là n’est pas
le fond du problème. Il y a surtout que ce rapatriement vient créer une
polémique superflue, dont les Burundais auraient pu être épargnés, et
pour cause. Il ne manque pas de susciter quelques interrogations sur son
opportunité et, surtout,le choix de sa date. Qu’est-ce donc qui fait
courir le Burundi,est-on tenté de se demander. Excès de patriotisme,
sincérité des intentions du pouvoir ou, au contraire, une hypocrisie qui
cache mal la chasse effrénée à une autre source de profit (potentiel)
pour les gestionnaires (tous échelons confondus) de tels évènements ? La
vérité, pour le moment difficile à savoir, n’est pas très éloignée
(y compris) de cette dernière hypothèse, voici pourquoi.

1.Une décision improvisée pour un enterrement (solennel) ”par
défaut”

Jusqu’au mois d’Avril dernier, la nouvelle annoncée au public était,
plutôt le projet du Gouvernement d’exhumer en vue de l’inhumation
“dans la dignité” , de la dépouille de NTARE V, le dernier Roi du
Burundi, assassiné, en pleine jeunesse, lors du second coup d’état
par, récidive, de MICOMBERO ( 1972), qui tira un trait définitif sur la
monarchie.Pourquoi l’opinion burundaise en général n’a-t-elle pas
été informée ou préparée d’une manière ou d’une autre à un
évènement aussi important et sensible ? Dans un pays comme le BURUNDI,
largement acquis désormais à la forme républicaine du pouvoir et où
chacun sait le prix payé par des générations entières pour en arriver
là où il en est aujourd’hui, il n’est pas certain que la majorité de
nos concitoyens, si on leur demandait leur avis, ait été convaincue de
l’opportunité de ce rapatriement et des cérémonies grandioses
conséquentes en préparation.

Première hypothèse : Est-ce, donc, l’échec de la mission scientifique
belge de recherche qui a déclenché cette nouvelle opération non
programmée initialement ? La tombe de (NDIZEYE) NTARE V n’ayant pas été
localisée, a-t-il fallu se rabattre, par défaut sur l’exhumation de
son père MWABUTSA IV,facilement localisable ?. Tout laisserait le croire
puisque, avant les recherches des restes du corps de NTARE V près de
Gitega, peu de Burundais effet avaient entendu parler du projet de
rapatrier la dépouille de lex-Roi MWAMBUTSA IV.Dès lors, on peut se
demander : si les recherches avaient été concluantes et que les restes de
l’ex-jeune Roi aient pu être retrouvés, le Gouvernement aurait-il fait
exhumer et (ré-)enterrer en même temps deux anciens Rois, ou
n’aurait-il plus été question de rapatrier la dépouille de l’ex-Roi
MWAMBUTSA IV au Burundi ?

2.Une opération coûteuse,sans transparence.

Seconde hypothèse : Les recherches visant à retrouver les restes du corps
de l’ex-Roi NTARE V à Gitega ayant échoué, alors qu’un financement
extérieur avait déjà été obtenu, notamment du Royaume du Maroc, y
avait-il risque que le Gouvernement, perde la face à l’égard de
son”bienfaiteur” et de devoir justifier éventuellement pourquoi il
s’est laissé financer pour un enterrement royal qui n’aurait
finalement pas lieu ?

Note. Burundi News, faisant référence à la démarche d’une proche de
l’ex-famille royale, Esther KAMATARI,opposée à ce transfert, vient de
livrer l’information qui suit (v. article publié le 22 Mai
2012) :”Nous sommes aujourd’hui dans l’impasse. La dépouille a été
exhumée et ne peut pas quitter le territoire suisse car un procès a été
intenté. Il faudra attendre que la justice suisse se prononce pour que la
dépouille soit inhumée ou prenne le chemin vers Bujumbura… Entretemps,
l’argent des Marocains pour les formalités en Suisse liées à la
dépouille hante les esprits. Certains commencent à crier au
détournement, d’autres le réclament pour s’en mettre plein les poches...
(A suivre)”…

En toute franchise, je n’avais pas cette information au moment
d’écrire ces lignes, mais il y a coïncidence entre l’information
ci-dessus et mes propres interrogations !
En effet, si l’opération de rapatriement de la dépouille était
infructueuse, quelle que soit la raison, et s’il se vérifiait que
l’argent “donné” par le Royaume du MAROC n’avait finalement pas
été utilisé pour ce à quoi il était destiné, il n’y a presque pas
de doute que l’Etat du BURUNDI s’achemine, tout droit, inexorablement,
vers une affaire judiciaire retentissante devant une Instance
internationale en vue de l’obliger à rembourser cet argent (peu importe
le montant !)indûment "donné" avec, en perspective, des coûts énormes
pour notre pays ! Plus grave encore, ce ne sera plus une affaire, ni sous
(ou de) l’actuel Gouvernement, ni même sous l’actuel régime, mais de
l’Etat du BURUNDI tout court, En effet, la pérennité de l’Etat
demeure, tandis que les Gouvernements, conjoncturels et temporaires par
nature, se forment et s’en vont,parfois en laissant à l’Etat de
lourdes dettes contractées à son détriment et ayant pour source de l’
l’argent dont il n’a même pas vu la couleur. C’est la pire
hypothèse où, sincèrement, pour mon pays, je préférerais plutôt me
tromper !

3.Une opération “kamikaze” (financièrement) et un fardeau trop
élevé pour le peuple Burundais
.

Le rapatriement de la dépouille royale, suivie d’une commémoration
grandiose du 50ème Anniversaire de l’Indépendance, a un coût trop
élevé et est en contradiction fragrante avec la situation économique de
notre pays.

Alors que le BURUNDI, peut-être même plus que d’autres pays
comparables, notamment dans la sous-Région, est confronté à de graves
difficultés économiques et parvient à peine à nourrir correctement sa
population, l’organisation de cérémonies grandioses,donc coûteuses,
est un acte irrationnel. De la part du Gouvernement, cela relève de
l’absence de réalisme et d’une certaine éthique politiques car il y
a, visiblement, un manque de discernement entre l’accessoire et
l’essentiel.

En plus de la donation obtenue du Royaume du Maroc pour couvrir les coûts
d’exhumation, de transfert de la dépouille, de son inhumation, etc.le
budget national est aussi fortement mis à contribution, à concurrence de
plusieurs centaines de millions FBU.Encore qu’il n’est même pas clair que
ce montant a fait l’objet d’une prévision budgétaire ! Huit cent millions
(800 millions FBU), probablement beaucoup plus (“in fine”), c’est
vertigineux pour le Burundi ! Ce serait le montant que le Ministre des
finances a eu ordre de transférer à un compte (X ?),dont on ne peut même
certifier que les dépenses réelles,c.à.d.strictement pour la
commémoration, seront transparentes et justifiées un jour. Dans la
situation économique actuelle de notre Pays, objectivement, c’est
presque un “suicide” financier, programmé, froidement exécuté par
nos dirigeants !

En ces temps de crise économique mondiale, même dans les pays riches,
l’heure est plutôt à l’austérité. Il est publiquement fait appel
plutôt à la sobriété de comportement, surtout dans les dépenses
publiques. A l’exemple de la France, où le nouveau gouvernement
(socialiste élu) a décidé, aussitôt entré en fonction, de réduire le
salaire des Ministres de 30 p.c.!Au Burundi, par contraste, c’est la
direction diamétralement inverse. “ Un gouvernement démocratiquement
élu,” cela se traduit par : des salaires encore plus élevés, plus de
gratuités de service aux frais de l’Etat (transport, eau &
électricité,téléphone, etc) au profit des ”dignitaires” de notre
pays ! Quelle dignité ? Pour beaucoup d’entre eux,, vu l’ampleur des
détournements et de la dilapidation sans scrupules des deniers publics
auxquels ils se livrent en compétiteurs, dans l’impunité
généralisée et sans crainte de risque personnel, leur comportement
n’est pas celui de véritable dirigeants, gestionnaires des affaires
d’un Pays, mais plutôt celui de “d’occupants” !

Malgré un tel contexte où, ailleurs, tout le monde entier est envahi par
l’inquiétude et où les plus prudents prennent des mesures d’austérité,
il n’y a qu’au Burundi que le gouvernement ne voit rien venir, et ne se
prive pas d’engager des dépenses "somptuaires", pour seulement un court
laps de temps de festivités !.

Or, un gouvernement "responsable" devrait mettre fin sans tergiverser à
l’illusion qu’il se donne de pouvoir entretenir indéfiniment ses signes
extérieurs (trompeurs et dérisoires)de richesse et de "luxe d’Etat".

Que le gouvernement entretient des dépenses souvent coûteuses ou non
justifiées, vit au-dessus des moyens réels que le pays peut lui
permettre,au détriment des contribuables et fait comme si cela était sans
conséquences dramatiques pour tous, c’est une réalité difficile à faire
admettre par parmi un bon nombre de ceux qui gouvernent.

4.Une dissension superflue au sein de (l’ex) famille royale.

Le désaccord entre les membres de l’ex-famille royale au sujet du
rapatriement de la dépouille de leur illustre père et oncle ne se
justifie pas dans la mesure où, d’un côté comme de l’autre
d’ailleurs, il n’est pas fondé sur dun argument tout à fait rationnel
mais plutôt émotif ou même opportuniste (politiquement parlant).

D’un côté, sans toutefois de ma part aucune intention d’immixtion
dans une affaire familiale (et pas n’importe quelle famille) complexe de
succession, il ne me paraît pas que Princesse Esther KAMATARI, qui n’est
qu’une nièce de l’ex-Roi, donc, ni descendante directe, ni héritière
de l’ex-Roi et ne venant pas juridiquement ”en rang utile” (dans tous
les cas pas avant la princesse Rose Paula IRIBAGIZA) propre fille de
MWAMBUSA IV, puisse se prévaloir, pour elle-même, d’une quelconque
préséance par rapport au testament (éventuellement) laissé par le Roi
MWAMBUTSA.De ce fait, elle pourrait avoir raison dans la forme mais pas
nécessairement sur le fond. Cela peut, en effet, se révéler (être) une
affaire d’intérêt public et toute personne intérréssée peut invoquer
le respect des dispositions d’un testament.

En effet, si ce testament de MWAMBUTSA IV est réel, il faudrait s’y
référer en tant que ” sa dernière volonté” avant sa mort. Pour
cette raison le testament devrait donc s’imposer à tous, y compris
d’ailleurs à sa descendance directe, représentée (je présume) par
Rose Paula IRIBAGIZA,en tant que fille aînée, survivante, de l’ex-Roi.
Sur ce point par contre, la dernière nommée ne me semble pas avoir raison
un motif présumé d’intérêt public qui n’est pas évident en fermant
les yeux sur la ”force” légale d’un testament éventuel de son
illustre père ! Dans le contexte politique du moment, il serait naïf de
penser que l’affiliation politique de la Princesse Rosa Paula IRIBAGIZA
ne soit pas de nature à laisser voir derrière sa prise de position dans
cette affaire une arrière-pensée politique. Normalement, c’est plutôt
elle,en tant qu’héritière présumée, plutôt que sa “cousine”
Esther KAMATARI, qui devrait être (la) première à exiger le respect du
testament de son père, celui-ci ayant, avant sa mort, exprimé,
expressément sa volonté d’être enterré en Suisse et en aucun cas au
Burundi)

Quant à l’argument s’appuyant sur l’intérêt national, il est
malheureusement trop fréquent de constater que les intérêts (des)
particuliers sont scandaleusement entremêlés avec l’intérêt national
au point de primer même sur ce dernier. Donc, les déclarations sont une
chose et la réalité, une autre, à tel point que l’intérêt national
avancé, ne sert souvent que de “faire- valoir” surtout quand une
opération financière importante est en vue. Ce n’est pas nouveau !

La conclusion ? Décision improvisée, action précipitée, absence de
communication correcte sur la finalité exacte de l’opération, voilà un
“cocktail type” de la non transparence dans la gestion des affaires
publiques. C’est ce qui risque de se produire avec ce rapatriement
mortuaire si controversé, à moins qu’il ne soit accidentellement
“intercepté” ou retardé (au moins temporairement) par la procédure
judiciaire, évoquée ci-haut, engagée devant les jurisdictions suisses.

5.Une relation “quasi mythique”

Le style de Pierre NKURUNZIZA, qu’on ne peut pas pourtant taxer
d’avoir un penchant “pro-monarchique” (je pense que c’est un choix
personnel du Président, pas nécessairement concensuel ou du “Pouvoir”
actuel en tant que tel), a quelque chose de spécia, aussi bien en
politique externe qu’interne : en témoigne, cette manifestation claire de
la volonté de réhabiliter la mémoire de nos illustres derniers ex-Rois
disparus, dont le dernier, tragiquement.

A l’interne :

Sous les régimes des Présidents successifs, MICOMBERO, BAGAZA et BUYOYA,
l’ex-famille royale a subi (à deux reprises) la “trahison” de
MICOMBERO, celle-ci ayant culminé avec l’assassinat du dernier ex-Roi
NTARE V en 1972, dans des circonstances restées, jusqu’ici, obscures,
Elle a souffert de l’hostilité et de l’humiliation, jusqu’à la
spoliation de ses biens, sous BAGAZA et survécu dans l’indifférence
générale sous BUYOYA. (La vieille ex Reine- mère du Héros National, le
Prince RWAGASORE, a terminé sa vie solitaire dans un modeste petit
appartement, dans le voisinage du “hôme Saint KIZITO” au quartier
industriel ! L’ex- famille royale ne manquait pourtant pas d’héritage
en patrimoine immobilier laissé par l’illustre Roi MWAMBUTSA, Quelle
ironie du sort !

Par contraste, après l’accession de Pierre NKURUNZIZA au pouvoir, elle
a pu avoir de sa part un peu de répit inespéré, la compassion et la
sollicitude à maintes occasions : visite présidentielle à l’ex-Reine
BARAMPARAYE à Gitega, soins médicaux à l’étranger, pris en charge par
l’Etat en faveur de cette dernière, promesses de restitution des biens
du Prince RWAGASORE (éventuellement) spoliés à sa famille, démarches en
cours en vue de réhabilitation solennelle de la mémoire des
ex-Rois…Cela a été une surprise d’autant plus réconfortante pour les
intéressés (je suppose) que ces gestes venaient du côté d’où ils
n’ auraient pas été normalement le plus attendus. Ces gestes
d’humanité et d’attentions sous diverses formes doivent avoir peu
réconforté quelque peu l’ infortunée ex- famille royale et ont été
sûrement ressentis comme un désir, de la part de Pierre NKURUNZIZA, en
tant que nouveau Chef de l’Etat, de réparer une injustice infligée
par ses prédécesseurs à l’égard de la famille survivante de MWAMBUTSA
IV.

Enfin, l’attitude générale brossée ci-haut est un des symboles forts,
pour ceux qui croient à la possibilité, pour les Burundais,de se
réconcilier autour des valeurs communes. Or, on sait combien dans notre
société burundaise, caractérisée par la tradition, la culture
communautaire et la mémoire non écrites, la force du symbole reste
quelque chose de réel et de très d’important pour la cohésion sociale.
Laissons- lui la chance de continuer à jouer son rôle.

A l’externe :

Le Président Pierre NKURUNZIZA est particulièrement actif, à
entretenir, en termes d’image politique, une relation spéciale avec
diverses Monarques : le Roi Albert II de Belgique, dont la présence à
Bujumbura à l’occasion de la commemoration du 50ème Anniversaire de
l’Indépendance avait été clairement souhaitée, mais sans succèss, le
Royaume du Maroc, sollicité, a accordé son aide financière nécessaire,
d’autres Monarchies du Golfe, dont naturellement l’Arabie Séoudite,
et j’en passe, sont pratiquement courtisées !. Un jour nous dira,
peut-être, si réellement cet attrait particulier est dicté exclusivement
par l’intérêt national.

6.Un point positif, même si une fois n’est pas coutume.

S’il fallait, malgré tout retenir quelque chose de positif
représentant un espoir pour l’avenir (même si une fois n’est pas
coutume) je signalerais la chose suivante :

La "République" comme mode de gouvernement a pris en mains notre destin
commun depuis bientôt 46 ans. Comme la République ne ne se discute plus,
il ne saurait y avoir d’équivoque que c’est une affaire
définitivement réglée pour tous, et tant mieux. Ne disons pas que la
Paix n’a pas de prix, pour signifier que celle-ci vaut bien plus cher
que tout le reste.

Le symbole choisi et cette volonté de réhabilitation de la mémoire
royale pour la réconciliation entre les Burundais a au moins, le mérite
de démontrer que personne au Burundi, quel qu’il soit, n’éprouve plus
de crainte à l’égard de la monarchie,mais celle-ci fait aussi partie
de notre Histoire,un fait accepté également.Cela explique d’ailleurs le
fait que le Président NKURUNZIZA soit légitimement à l’aise dans ces
marques de compassion envers la famille survivante de ceux qui ont incarné
l’institution monarchique pendant une longue période de l’histoire du
Burundi. Si cette attitude positive sans aucun complexe à l’égard de
cette période de notre passé pouvait être comprise de la même manière
et partagée par tous les Burundais, sans avoir peur (les uns des autres)
ou sans faire peur, en l’acceptant comme une partie normale de notre
Histoire et non pas comme une tare ou un danger, alors, je suis convaincu
que notre problème fondamental aurait trouvé au moins une partie de sa
solution.

Comme l’a récemment rappelé l’Ambassadeur Représentant l’Union
Européenne au Burundi à l’occasion de la Journée de cette dernière,
la possibilité d’une véritable réconciliation entre les Burundais et
d’une véritable Paix durable, à laquelle ils aspirent, est réellement
possible mais à condition d’être définitivement libérés de cette
peur-là, Permettons-nous d’espérer que ce jour viendra.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1851 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La démocratie en danger au Burundi



a

Heureusement, nous mourons



a

2015 : Le Burundi à la croisée des chemins



a

La vérité du vote de 2015 et la légitimité sans appel du gagnant



a

Regard rétrospectif sur la manifestation du 10 mai 2014 à Ottawa



a

Stratégie d’ancrage militarisé du régime ou bourgeonnement vers un génocide au Burundi ?



a

Ingérence ou trait de caractère du pouvoir de Bujumbura ?



a

Université du Burundi, vers la fusion de toutes les facultés en une seule : La faculté des sciences !



a

Le nouveau Maire élu de Gatineau rend hommage à feu Ambassadeur Philippe Kanonko



a

Voeux à l’occasion du 11è anniversaire de la Radio Isanganiro





Les plus populaires
UK criticised for lack of clarity on decision to cancel aid to Burundi,(popularité : 5 %)

Université du Burundi, vers la fusion de toutes les facultés en une seule : La faculté des sciences !,(popularité : 3 %)

L’abus du pouvoir par Honorable Alexis BAREKEBAVUGE inquiète et indigne les natifs de CIBITOKE,(popularité : 3 %)

Le Burundi en marche vers l’Etat fédéral ?,(popularité : 3 %)

Les coûts élevés de transport et la bureaucratie inquiètent les transporteurs en Afrique de l’Est,(popularité : 3 %)

La vérité du vote de 2015 et la légitimité sans appel du gagnant,(popularité : 3 %)

The sun could electrify the whole of South Africa,(popularité : 3 %)

Stratégie d’ancrage militarisé du régime ou bourgeonnement vers un génocide au Burundi ? ,(popularité : 3 %)

Voeux à l’occasion du 11è anniversaire de la Radio Isanganiro,(popularité : 3 %)

Regard rétrospectif sur la manifestation du 10 mai 2014 à Ottawa,(popularité : 3 %)