Une équipe des chirurgiens cardiologues de nationalité française en visite au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 30 mai 2012  à 19 : 36 : 55
a

Depuis dimanche de la semaine écoulée, une équipe de mécénat cardiaque en provenance de la France en visite au de travail au Burundi a identifié près d’une vingtaine d’enfants âgés de moins de 15 ans atteints de maladies cardiaques. Selon le chef de cette délégation, les enfants qui souffrent énormément plus que d’autres de cette malade bénéficieront d’un séjour en France pour être soignés de manière efficace.

Mais il a indiqué que leur transfert vers l’Europe n’est aussi facile surtout parce qu’ils sont plus souvent eux même incapables de faire face aux moyens financiers que le malade doit avoir à sa disposition pour bénéficier d’une possibilité de sortie de son pays. Il a indiqué que jusqu’à présent cette association a constaté que parmi les malades qui se sont fait consultés seulement troisdevraient être transférées vers la France au regard de leur état de santé déjà précaire.

En cas de transfert des enfants malades vers la France, ce sont les familles d’accueil qui les hébergent bénévolement. L’association quant à elle donne sa contribution pour les cas d’hospitalisation de ces enfants malades.

« Un seul cas d’hospitalisation varie entre 10 et 12 millions. Avant de traiter à proprement parler du cœur, il y a d’autres difficultés auxquelles nous sommes appelés à soigner comme les infections, la dénutrition et autres, » a-t-il souligné en expliquant la cherté d’un tel traitement.

Outre l’identification des enfants âgés de moins de 15 ans qui souffrent des maladies de type cardiaque, l’association Mécénat Chirurgie cardiaque a indiqué que la recherche d’un partenariat avec les médecins locaux s’inscrit à l’agenda de leur visite de travail au Burundi. En fonction des clauses de cette délégation avec les médecins locaux, des médecins généralistes pourront bénéficier des formations grâce à cette association et par conséquent ils pourront sans ambages traiter les maladies courantes plus proches des complications cardiaques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

410 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 11 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 5 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 4 %)

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi,(popularité : 3 %)

18ème albinos tuée, les organisations privées se lèvent pour dire assez !,(popularité : 3 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 2 %)

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance ,(popularité : 2 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 2 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 2 %)

CNTB : La date du 24 courant devrait être prometteuse,(popularité : 2 %)