Les détenus de Mpimba ne sont pas épargnés de la précarité des conditions de détentions




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 1er juin 2012  à 19 : 31 : 09
a

« La commission chargée de déterminer le nombre de personnes à bénéficier de la libération conditionnelle a été mise en place mais jusqu’à présent nous ne sommes pas au courant de la suite qui a été réservé à certains d’entre nous » tels sont les propos de ce sont les propos de Niyoyitangira Augustin, le représentant des détenus de la prison centrale de Mpimba ce jeudi 31 mai 2012 lors de la visite de l’Ombudsman Burundais.

Augustin Niyoyitangira a indiqué que depuis la visite de l’Ombudsman Burundais dans en septembre de l’année écoulée sur plus de 3500 personnes qui étaient locataires de la prison centrale de Mpimba , il reste aujourd’hui 3366. Selon lui, la mesure relative à la libération conditionnelle devrait être mise en application pour désengorger ce lieu de détention. De la part d’Augustin Niyoyitungira , le pays aurait intérêt aussi à gagner si cette libération avait lieu.

La cherté de la vie n’a pas épargné la prison centrale de Mpimba selon toujours ce représentant des détenus car pendant la journée, l’eau et l’électricité sont pratiquement inexistantes. Il a par ailleurs indiqué que même l’accès aux soins santé n’est plus gratuite comme de part le passé. La prison centrale de Mpimba accuse une dette envers centre de santé raison pour laquelle ces détenus sont acculés à payer de l’argent pour bénéficier des soins de santé.

Dans la prison centrale de Mpimba , les murs qui séparent les hommes des femmes devraient être réaménagés pour plus de sécurité de cet établissement pénitentiaire selon le directeur de ladite prison . L’Ombudsman Burundais n’a pas pu répondre publiquement à ces préoccupations des détenus. Il a écouté certains d’entre ces détenus.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

438 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 8 %)

Burundi : Dossier putsch, le ministère public interjette appel,(popularité : 4 %)

L’APRODH en recours à la CNIDH pour la libération de Mbonimpa ,(popularité : 4 %)

Ils sont interdits d’aller en Europe,(popularité : 3 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 3 %)

Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée ,(popularité : 2 %)

Le droit à la vie est en danger,(popularité : 2 %)

Vers une amélioration des conditions de détention,(popularité : 2 %)

La Cour Africaine des Droits de l’Homme en mission au Burundi, l’AJNA satisfaite,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)