Les malvoyants burundais veulent leur loi spéciale




Par: Désiré Nimubona , lundi 4 juin 2012  à 13 : 04 : 05
a

L’Union des personnes handicapées visuelles du Burundi demande au Gouvernement burundais de ratifier, dans les meilleurs délais, la convention relative aux droits des personnes handicapées, surtout que le Burundi est le seul pays de l’Afrique de l’Est, n’ayant pas encore ratifié la convention.

« Si la convention était ratifiée, ça serait un grand avantage pour les malvoyants que nous sommes en ce qui est de notre éducation » souligne le président de l’Union de personnes handicapées visuelles du Burundi, Jean Bosco Ntunzwenimana.

Dans son interview ce matin, Ntunzwenimana souligne que la question du handicap devrait plutôt éveiller tout le monde pour que tous les hommes se sentent égaux devant les chances.

« Moi aussi, je suis né en bonne santé et la glaucome m’a empêché de bien voir à la fin de l’école primaire, » souligne le président de l’Union des personnes handicapées visuelles du Burundi.

Cependant, l’espoir commence à se dessiner à l’horizon avec le passage du concours national par la première promotion des malvoyants.

« Nous remercions le Gouvernement burundais et le ministère de l’enseignement primaire et secondaire pour avoir organisé, pour la première fois dans l’histoire du Burundi, un concours national des enfants malvoyants, qui s’apprêtent, comme le reste des autres, à entrer au secondaire, » souligne Ntunzwenimana.

« Nous pensons que même les autres classes à tests dans les années qui viennent seront aussi concernées par ma mesure, » conclut-il.

L’union des personnes handicapées visuelles est un collectif de plus de sept associations et centres de formation des malvoyants. Il a été créé dans le but de porter loin, la voix des malvoyants du Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

565 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 100 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 12 %)

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés,(popularité : 7 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 5 %)

Le charbon de bois , un produit rare à Bujumbura ,(popularité : 5 %)

L’effectif des abandons scolaires est inquiétant au Burundi,(popularité : 5 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 5 %)

Muyinga : Les mutuelles de santé communautaires s’implantent tant bien que mal,(popularité : 5 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 5 %)

Des burundais expulsés de la Tanzanie,(popularité : 5 %)