Il est dans la ligne de mire de la justice Belge




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 10 juin 2012  à 10 : 26 : 35
a

« Le Burundi n’est pas une république bananière. Une décision salutaire pour Mohamed Rukara serait de démissionner des fonctions d’Ombudsman en attendant le travail de la justice, » tels sont les propos de l’ancien membre du parlement de l’EALA François Bizimana ce vendredi 8 juin 2012 en réagissant sur la plainte sur le blanchiment d’argent qui serait reproché à l’Ombudsman Burundais Mohamed Rukara.

Mohamed Rukara lors de sa visite en avril de cette année aurait été en effet auditionné par la justice belge sur l’origine de son compte bancaire placé dans une banque Belge selon Fréderic Bamvuginyumvira, ancien vice président de la république du Burundi.

La Belgique aurait estimé l’origine de cette somme colossale d’argent était entachée de zone d’ombre de la part de Mr Bamvuginyumvira . Le blanchiment d’argent et enrichissement illicite sont les reproches qui pèsent sur l’ombudsman Burundais Rukara Mohamed.

Le président de l’Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, OLUCOME, Gabriel Rufyiri se dit satisfait de cette action de la justice belge.

Il a indiqué que dans les jours passés cette association avaient transmis une correspondance dans les pays de l’Europe et des Etats Unis à travers laquelle cette association leur demandait de tout faire pour ne pas accepter que ces dignitaires ne placent leurs avoirs dans les banques de ces pays. De la part de Gabriel Rufyiri, même les anciens dignitaires de ce pays ont toujours préféré investir à l’étranger.

De la part de l’ancien vice président de la république du Burundi, la crédibilité de l’institution est mise à mal.

« Il lui serait poli de remettre le tablier pour l’honneur de l’institution dont il représente aujourd’hui car désormais la population burundaise ne pourra plus implorer la sagesse chez lui qui ne l’a pas du tout, » a-t-il souligné.

Jusqu’à présent l’ombudsman n’a pas encore réagi sur cette situation qui visiblement constitue un coup dur sur sa crédibilité. Gabriel Rufyiri indique que l’avenir dira que cette triste vérité était authentique ou non quoi qu’on fasse.

Depuis le retour de Mohamed Rukara de la Belgique à la fin du mois d’avril de cette année, les problèmes autour de sa sécurité ont surgi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

754 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 13 %)

Le Président Nkurunziza promet à Ban Ki-Moon son engagement à un dialogue inclusif ,(popularité : 3 %)

Burundi : L’avant-dernier pas de l’amendement de la constitution burundaise,(popularité : 3 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 3 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 3 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 2 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 2 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)