Exécutions : Le président de la CNIDH fait un clin d’œil à certain dirigeants




Par: Désiré Nimubona , lundi 11 juin 2012  à 17 : 23 : 09
a

Le président de la Commission Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), Frère Emmanuel Ntakarutima regrette qu’il y ait des dirigeants qui prennent un langage qui ne tranquillise pas.

S’exprimant devant les médias ce matin à Bujumbura, en marge du lancement des activités d’un séminaire de trois jours au Burundi, à l’intention des défenseurs des droits de l’homme, les membres de cette commission en premier lieu, Frère Ntakarutimana s’inscrit en faux contre le langage du Gouverneur de Gitega, il y a quelques jours, sur l’exécution extrajudiciaire d’un certain Juvénal Havyarimana.

Le Gouverneur de Gitega avait qualifié de délinquant le militant du MSD tué il y a quelques jours.

Selon lui, il n’y a pas de raisons de tuer un délinquant, ou quelqu’un qui ne peut pas raisonner comme nous.

« Les dirigeant devraient voir loin, un dirigeant doit être sage. Tuer quelqu’un parce qu’il est délinquant ou se comporte mal est mauvais, » déclare le président de la CNIDH.

Le président du CNIDH souligne que les élections de 2010 ont eu des retombées négatives sur le pays et souligne qu’il y ait de nouveaux standards dans tous ce que les gens disent.

Une année et quelques jours après la prise des fonctions du président de cette commission, les choses semblent avoir évolué à moitié.

Selon Frère Emmanuel Ntakarutimana, il y a eu des consultations et synergie entre la police de la sureté nationale, les membres de la commission des droits de l’homme et même la justice, ce qui a conduit à la libération de plus de 121 personnes incarcérées dans différentes cachots du Burundi, en moins de trois mois.

Cependant, il regrette que le pays n’ait pas encore fait de progrès en avant, dans la lutte contre les exécutions extrajudiciaires.

Ainsi par exemple, éclaire Ntakarutimana, le pays n’a pas encore signé la convention internationale sur la Disparition Forcée, une convention qui empêcherait des exécutions extrajudiciaires qui semblent dicter la règle du jeu ces derniers jours au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

727 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR





Les plus populaires
L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 12 %)

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école ,(popularité : 12 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 6 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 5 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 4 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 4 %)

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC,(popularité : 4 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 4 %)

Le sénat valide la nomination de six magistrats,(popularité : 4 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 4 %)