Taux des crédits bancaires élevés : Source de faible taux d’inclusion financière




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 14 juin 2012  à 17 : 13 : 06
a

« La transparence dans les taux d’intérêt exigés par les banques et établissement financiers au Burundi est utile pour réduire le taux d’inclusion financière » ce sont les propos de Louis Ndikumana , un des membres de l’atelier qui a pris part dans une conférence sur la problématique de l’inclusion financière au Burundi au nom des institution micro financières.

Suite à une enquête qui a été faite par l’Alliance pour l’Inclusion Financière en collaboration avec la Banque Centrale à travers toutes les 129 communes du pays. Il a été en effet constaté que sur plus de 3, 3 millions de personnes adultes seulement 12 ,5 % d’entres ces adultes ont un compte bancaire, soit moins de 480000 Personnes au Burundi. Près 80% de ces 480000 personnes ayant des comptes en banque sont en général des personnes qui ont été à l’université.

5, 3 % d’entre ces 480000 personnes qui ont des comptes en banques sont des agri éleveurs. Bien que ces personnes aient un compte en banque, il reste problématique d’avoir accès aux crédits. Une des raisons principales de problème est la hausse du taux d’intérêt Plus de 80% de la population ont un revenu inférieur à 50000fbu au Burundi. Les banques au Burundi adoptent la linéarité des taux pour les personnes qui contractent des crédits.

Pour les conférenciers, les banques devraient abandonner ce système de taux d’intérêt élevé qui accule trop de perte aux clients des banques afin de permettre aux citoyens de décoller économiquement.

Ils ont indiqué que les banques et établissements financiers devraient adopter des mesures juridiques concrètes et connues de tous, en particulier les clients, pour surveiller la façon dont les banques enregistrent leurs gains. Les banques et les institutions de micro finances ont à mettre en place un nouveau système d’accord de crédits à savoir le taux annuel d’effectif global.

Le gouverneur de la BRB a indiqué à la presse que les clauses de cette conférence seront analysées minutieusement afin de pallier ce problème. Dans l’entre temps la BRB n’en a aucune responsabilité a-t-il souligné.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1115 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)