Le BNUB salut la commission d’enquête sur les exécutions extrajudiciaires




Par: Désiré Nimubona , jeudi 14 juin 2012  à 17 : 29 : 00
a

Le Bureau des Nations Unis au Burundi, BNUB salut la mise en place d’une commission d’enquêtes sur les cas d’exécutions extrajudiciaires de ces derniers jours au Burundi.

« En décidant de faire mener des investigations sur les cas d’exécution extrajudiciaire ou de torture dénoncés par les ONG, le Procureur Général de la République fait suite à l’une des recommandations du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui, dans sa résolution 2027 du 20 décembre 2011, avait demandé au Gouvernement du Burundi de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir de nouvelles violations des droits de l’homme et faire en sorte que les auteurs des violations soient traduits en justice sans délai, » peut-on lire dans un communiqué de presse du BNUB de ce jeudi 14 juin 2012.

Dans ce communiqué, le Conseil de Sécurité avait souligné la nécessité de mener des « enquêtes approfondies, crédibles, impartiales et transparentes sur les crimes graves », en particulier les exécutions extrajudiciaires. Il avait demandé aux autorités burundaises de mettre fin aux actes criminels et de veiller à ce que leurs auteurs soient traduits en justice.

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies avait déploré, que l’année dernière avait été marquée par des exécutions extrajudiciaires, des exécutions faites surtout aux membres des partis de l’opposition et surtout ceux du parti FNL toujours fidèles d’Agathon Rwasa, actuellement en cavale.

Le BNUB a suivi avec intérêt l’annonce par le Procureur Général de la République le 12 juin 2012, de la mise en place d’une commission judiciaire chargée de mener des enquêtes sur les cas d’exécution extrajudiciaire et de torture signalés dans les rapports de certaines organisations non gouvernementales des droits de l’homme nationales et internationales et sur ceux évoqués dans d’autres études, selon son communiqué.

Le procureur de la République, Valentin Bagorikunda, avait annoncé ce mardi, la création d’une commission de six personnes, à la tête de laquelle se trouve Adolphe Manirakiza.

Les organisations de la société civile, telles que le Forsc et l’Aprodh avait aussi salué cette initiative bien que des inquiétudes ne manquent pas.

Du côté de l’Aprodh, le président de cette commission, qui a aussi dirigé pas mal de commissions n’inspire pas de confiance de la part des familles des victimes des exécutions ou de son organisation.

Il souligne cependant que l’initiative est bonne bien que son travail risque de donner peu de fruits qu’escompté.

La commission va travailler, selon le Procureur Général, pendant deux mois.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

573 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi





Les plus populaires
Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 11 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 11 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 10 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 10 %)

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 9 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 8 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 8 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 8 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 8 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 8 %)