Les non dits des micro finances




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 14 juin 2012  à 18 : 59 : 05
a

Au cours d’une conférence sur l’état de l’inclusion financière au Burundi qui a eu lieu ce mercredi 13 mai 2012, les participants ont accusé les responsables des établissements micro financiers de s’écarter des normes régissant les micro finances dans l’octroi des crédits.

Les micro finances exigent en effet des garanties aux demandeurs de crédits alors que cela ne relève pas de leurs compétences selon le conférencier du jour. De la part de ces participants, ces micro finances ont plutôt pour devoir d’être plus proches de ceux qui ont peu de moyens, raison pour laquelle, selon eux, les taux d’intérêts qui leur sont exigés ne sont pas élevés normalement.

De la part de ces personnes, l’utilisation de la ligne de crédit appelée linéaire constitue un écart par rapport à l’agenda des micro finances depuis leurs créations. Hélas, pour les conférenciers surtout les professeurs d’universités, les micro finances profitent de la méconnaissance de la population pour adopter cette stratégie qui leur est utile.

Les demandeurs de crédits apposent des signatures sur des documents dont ils n’ont aucune connaissance ont-ils indiqué. Pour eux, toutes les micro finances ont l’obligation d’utiliser le taux dégressif dans l’accord des crédits. Une différence énorme existe en effet entre les systèmes bancaires linéaire et dégressif dans l’accès aux crédits. Avec le système linéaire, la somme d’argent à payer au fur et à mesure que les mois avancent ne change pas.

Après deux ou trois ans, l’analyse financière montre qu’avec le taux linéaire l’intérêt au lieu d’être de 18% comme cela avait été dit par le responsable financier a monté vers plus de 40%. Le conférencier comme par les professeurs d’universités et autres ont dit qu’en général, le taux de crédit est une véritable pagaille dans les micro finances parce qu’il varie entre 6 et 48%.

De la part des participants les micro finances au Burundi devraient adopter le système dégressif pour ne pas gagner beaucoup et en violation des normes pendant l’octroi des crédits. Le gouverneur de la BRB a indiqué à la presse que l’institution dont il a la charge n’ ya aucune responsabilité.

Au Burundi, plus de 80% de la population ont moins de 50.000 Fbu par mois soit moins de 30 dollars selon les résultats de cette enquête.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

721 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)

Le manque de devises à la BRB à l’origine de la dépréciation du Franc Burundais,(popularité : 2 %)