L’impartialité de l’institution de l’ombudsman mise en cause




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 16 juin 2012  à 13 : 03 : 05
a

« La substance des lois régissant le fonctionnement et l’organisation de cette institution tel que cela avait été défini par l’accord d’Arusha a été reléguée à l’écart dans la loi du 25 janvier 2010 portant cadre légal de l’institution de l’Ombudsman au Burundi, » ce sont les propos du consultant Godefroid Manirambona, au cours d’un point de presse sur les performances de l’institution de l’ombudsman au Burundi pour le compte de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale, OAG, ce vendredi.

Il a indiqué que l’ombudsman n’a pas les prérogatives d’enquêter sur les problèmes liés corruptions et de malversations économiques.

Pour M. Manirambona, son rôle est uniquement de monter les imperfections éventuelles dans ces services et de les exposer au procureur général de la république, afin que celui-ci puisse les traiter selon la loi.

"Au moment où l’on sait bien que cette institution gérait depuis longtemps des dossiers du genre, le conférencier a qualifié un tel cas de ’Confusion entretenue’ sans plus de précision," a t il ajouté.

Les missions dévolues à l’institution de l’ombudsman ne divergent pas aussi de celle de la Commission Nationale Indépendance des Droits de l’Homme, notamment au chapitre des violations des droits de l’homme de la part de ce consultant. Des chevauchements dans les services dévolus à ces services sont inéluctables selon lui.

Des limites de ces services devraient être claires pour éviter la constitution d’une société anomique à la longue de la part des conférenciers.

La manière dont les fonctionnaires de cette institution sont nommés met l’institution elle-même dans une situation de faiblesse, d’incompétence voire même de manque de crédibilité, souligne toujours Godefroid Manirambona. L’ombudsman jouit les privilèges de nomination de ces membres sans aucune base légale et la partialité de ces membres est sans conteste notamment parce qu’ils sont de provenance politique selon lui.

Pour lui, les conditions d’accès au travail dans cette institution devraient être ouvertes à tout le monde.

Des sources dignes de foi indiquent que la plupart des fonctionnaires au Bureau de l’ombudsman relèvent des partis politiques UPRONA et CNDD-FDD en particulier.

Beaucoup ont cherché à savoir pourquoi ce travail est publié au moment où ladite institution est fragilisée par un scandale de blanchiment d’argent qui a été porté par son chef de fil. Mais le conférencier a indiqué à la presse que ce travail était un simple plaidoyer pour l’amélioration du travail de cette institution.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

738 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 7 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 4 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 4 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 4 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 3 %)

Le Parlement belge inquièt de l’environnement politique burundaise ,(popularité : 3 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)