Burundi : Alerte au "Baby Boom" dans les écoles !!!!




Par: , mardi 19 juin 2012  à 19 : 16 : 10
a

Ce n’est pas un phénomène nouveau dans les milieux scolaires mais ces dernières années le nombre des naissances issues de jeunes filles encore sur le banc de l’école augmente chaque année.

La province de Karuzi au centre du Pays, une des provinces affectée par la crise et où les jeunes n’aiment pas faire de longues études, vient de battre le record.

La direction Provinciale de l’enseignement a recensé 183 cas d’interruptions d’études au cours du premier trimestre à cause de grossesse. 21 cas sont signalés dans les écoles primaires.

La grande probabilité est que cet effectif est loin d’être exact du moment qu’il y a d’autres cas d’abandons scolaires dont les causes ne sont pas encore connues selon la même source.

La pauvreté dans les foyers, la guère qui a laissé beaucoup d’orphelins qui se sont retrouvés aujourd’hui sans parents sur qui compter et s’abandonnent par conséquent à la merci d’autrui, le système d’externat qui ne permet pas un encadrement après l’école, sont les principales causes de ces conceptions.

Les associations pour la défense des droits de la femme ont beau crié à lutter contre ce phénomène qui , aux yeux de la femme Burundaise, maintient la femme au sous-développement, mais les résultats sont loin d’être satisfaisants car le nombre de jeunes filles qui abandonnent les études à cause des grossesses augmente exponentiellement.

Contrairement à certaines régions où les enseignants se trouvent impliqués dans cette situation, à Karuzi les responsables de ces grossesses sont de petits commerçants où d’autres personnes qui ont un peu de moyens qu’ils utilisent pour abuser de ces jeunes filles. Au départ, ils entretiennent des relations qui finissent par aboutir au « scandale sexuel » comme on le dit dans ce milieu.

Dans certains cas, on contraint les hommes qui engrossent ces filles dont l’avenir se cherchait encore, à les marier, une pire de décision pour l’avenir du couple selon les centres pour le développement familial, CEDEF, implantés dans toutes les provinces du Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

659 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Berco Stars martelée par Dolphins ,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 3 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 3 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 3 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 3 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 3 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 3 %)