Burundi : Alerte au "Baby Boom" dans les écoles !!!!




Par: , mardi 19 juin 2012  à 19 : 16 : 10
a

Ce n’est pas un phénomène nouveau dans les milieux scolaires mais ces dernières années le nombre des naissances issues de jeunes filles encore sur le banc de l’école augmente chaque année.

La province de Karuzi au centre du Pays, une des provinces affectée par la crise et où les jeunes n’aiment pas faire de longues études, vient de battre le record.

La direction Provinciale de l’enseignement a recensé 183 cas d’interruptions d’études au cours du premier trimestre à cause de grossesse. 21 cas sont signalés dans les écoles primaires.

La grande probabilité est que cet effectif est loin d’être exact du moment qu’il y a d’autres cas d’abandons scolaires dont les causes ne sont pas encore connues selon la même source.

La pauvreté dans les foyers, la guère qui a laissé beaucoup d’orphelins qui se sont retrouvés aujourd’hui sans parents sur qui compter et s’abandonnent par conséquent à la merci d’autrui, le système d’externat qui ne permet pas un encadrement après l’école, sont les principales causes de ces conceptions.

Les associations pour la défense des droits de la femme ont beau crié à lutter contre ce phénomène qui , aux yeux de la femme Burundaise, maintient la femme au sous-développement, mais les résultats sont loin d’être satisfaisants car le nombre de jeunes filles qui abandonnent les études à cause des grossesses augmente exponentiellement.

Contrairement à certaines régions où les enseignants se trouvent impliqués dans cette situation, à Karuzi les responsables de ces grossesses sont de petits commerçants où d’autres personnes qui ont un peu de moyens qu’ils utilisent pour abuser de ces jeunes filles. Au départ, ils entretiennent des relations qui finissent par aboutir au « scandale sexuel » comme on le dit dans ce milieu.

Dans certains cas, on contraint les hommes qui engrossent ces filles dont l’avenir se cherchait encore, à les marier, une pire de décision pour l’avenir du couple selon les centres pour le développement familial, CEDEF, implantés dans toutes les provinces du Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

645 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent





Les plus populaires
Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 43 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 25 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 14 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 11 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 9 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 5 %)

Une loi pour mettre fin aux violences basées sur le genre,(popularité : 4 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 4 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 4 %)

Vers une loi moins dure contre plus de confessions religieuses,(popularité : 4 %)