Les droits de l’enfant se cherchent encore au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 20 juin 2012  à 10 : 42 : 27
a

Depuis le début de l’année en cours, plus de 20 enfants ont été tués notamment les nouveaux nés. D’autres ont été victimes d’exploitations sexuelles par ceux la même qui devraient les protéger, ce sont les propos de Christine Ntahe, représentante légale de l’association « Bon geste » au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée ce mardi sur la problématique des droits de l’enfant au Burundi.

Elle a indiqué que les droits se cherchent encore parmi les enfants vulnérables comme les enfants de la rue, les enfants albinos, les enfants chefs de ménages, les enfants vivant avec le VIH/SIDA, les enfants handicapés, les enfants abandonnés, les enfants en conflit de loi et les enfants qui accompagnent leurs parents en prison.

Selon Christine Ntahe, le droit à l’éducation reste une des tares de la société Burundaise.

"Pour la seule province de Muyinga, plus de 7000 enfants ont abandonné l’école pour la seule année scolaire de 2012 particulièrement au à la fin de l’année," fait-elle savoir.

Nombre de ces enfants particulièrement les garçons sont allés exploiter les minerais tandis que les filles quant à elles ont contracté des mariages illégaux de la part de Christine Ntahe. Elle dit qu’une enquête qui a été faite par le ministère du travail en 2012 a montré que sur 637 enfants, 30% d’entre eux sont exploités sexuellement.

De la part de Christine Ntahe, le Burundi devrait mettre sur pied une commission nationale des droits de l’enfant pour que ces tares sur les droits de l’enfant soient combattues notamment en faisant le monitoring et des caravanes juridiques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1056 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 9 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 4 %)

Floresta - Burundi : Une ONG pour mieux éduquer la population à lutter contre la faim ,(popularité : 3 %)

L’Union Européenne déçue par la nouvelle loi sur la presse ,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Burundi : Un hôpital couronné par le Président de la république,(popularité : 3 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 3 %)

Cotonou : Des opportunités pour des étudiants burundais ,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 2 %)