Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant




Par: Désiré Nimubona , mercredi 20 juin 2012  à 19 : 28 : 07
a

Désormais, dix compagnies d’importation du carburant sont permises de poursuivre leurs activités, contre un total de 63 sociétés initialement autorisées à le faire.

Ceci est une décision de la part du Ministère du Commerce et de l’Industrie, dans une conférence de presse tenue à Bujumbura ce matin.

Selon le Directeur du Commerce, Jérémie Banigwaninzigo, en conférence de presse, le pays veut travailler avec ceux qui peuvent, et non avec ceux qui font semblant de travailler sans montrer des résultats.

Se basant sur l’Ordonnance Ministérielle de Juillet 2009 sur l’importation des produits pétroliers au Burundi, Banigwaninzigo souligne que « tout importateur des produits pétroliers qui passe une période de trois mois calendriers sans commandes, est considérée comme en cessation d’activités d’importation. Le retrait de l’autorisation intervient dès le quatrième mois ».

Or souligne-t-il, plusieurs de ces 53 supposés importateurs des produits pétroliers venaient de passer plus de 5 ans, voire même 10 ans sans importer ne fut ce qu’un seul litre de carburant.

D’autres, ajoute le Directeur du Commerce au Ministère du Commerce et Industries, s’étaient enregistrés, mais s’étaient volatilisés dans la nature, sans laisser de trace, surtout que même certaines adresses fournies par ces mêmes opérateurs ne sont plus visibles et leurs anciens téléphones suspendus.

Ainsi, le pays qui doit consommer actuellement plus de 7 millions de litres de carburant par mois se trouve dans l’obligation de s’aligner du côté de ceux qui peuvent importer en suffisance, souligne Banigwaninzigo, dans cette conférence de presse.

Selon cette autorité, chaque importateur doit avoir sur son compte au moins 1 milliards de francs burundais pour que son nom soit gravé sur la liste des 10 importateurs les plus « fidèles » à leurs engagements et qui sont reconnus comme étant les seuls importateurs capables par le Gouvernement du Burundi aujourd’hui.

Ceux-ci sont : Burundi Petroleum, Delta Petroleum Burundi, EBS Petroleum, Engen Petroleum Burundi, IMMATCO, Interpetrol, Kobil Burundi, Mogas Burundi, MPP et SOCOGES.

Les autres comme l’AFRICOM Burundi, Barril Oil, Kimoil, Tanganyika Business Company, Petrobu, Sicopp, Sonitra et les autres auront besoin de redemander le renouvellement de leur licence d’importation du carburant, en plaçant beaucoup de billets dans les banques pour faire un milliard afin d’être ré-autorisés à importer l’or noir.

Par ce même geste, le Gouvernement appelle les autres opérateurs étrangers ou nationaux de venir opérer au Burundi, ce pays de l’Afrique de l’Est, dont les potentialités économiques ne cessent d’accroitre, selon le Directeur du Commerce, Jérémie Banigwaninzigo.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1654 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 11 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 6 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 6 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 6 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 5 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 4 %)

Suspension de la coopération Germano -Burundaise : manque à gagner de 54 milliards de FBU ,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 3 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 2 %)