IPR : « le peuple est désorienté »




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 21 juin 2012  à 15 : 48 : 53
a

« En disant que l’argent prévu sur l’IPR n’était pas inscrit dans le budget national de 2012, il y a manque de cohérence dans les propos de Léonidas Hatungimana ; ces propos ne visent qu’à désorienter le peuple burundais », ce sont les propos de Gabriel Rufyiri mercredi 20 mai 2012 s’exprimant sur la récente déclaration de Léonidas Hatungimana, porte-parole du président de la république selon laquelle le budget annuel de 2012 n’avait pas prévu de chapitre sur l’impôt professionnel sur les revenus, dont seraient redevables aujourd’hui les dignitaires et autres cadres de l’Etat.

La problématique de l’IPR avait en effet fait remous entre février et mars 2012. La société civile réclamait bec et ongle que les dignitaires et autres cadres de l’Etat s’acquittent de ce devoir à l’instar des autres citoyens.

Aujourd’hui les relents de retours à cette réclamation restent vivaces selon Gabriel Rufyiri. En réaction contre la déclaration de Léonidas Hatungimana ce mardi, le président de l’Observatoire Burundais de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, Olucome, a dit que depuis 2011 certaines catégories de citoyens s’acquittent de ce devoir d’Etat notamment les employés des organismes internationaux et des ambassades accréditées à Bujumbura comme le stipule l’article 70 de la constitution du Burundi.

« Les organismes internationaux se désistent aujourd’hui à soutenir le Burundi suite à cette évasion fiscale qui n’est pas sans créer deux poids deux mesures au sein de la société Burundaise », a-t-il indiqué.

Le deuxième vice président de la chambre basse du parlement avait indiqué que les parlementaires allaient se mettre sur la question. Hélas, cette préoccupation n’est pas inscrite sur l’agenda de la session de l’Assemblée Nationale au cours de cette période parlementaire bien qu’elle ait fait objet de revendication de la société civile.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

563 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 22 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 11 %)

Le Burundi face à deux capitales,(popularité : 10 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 10 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 9 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 9 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 9 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 6 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 6 %)