Les médias privés ont claqué la porte pour le soutenir




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 22 juin 2012  à 11 : 23 : 53
a

Tous habillés en noir, quatre directeurs des radios privés ont boycotté une séance de préparation de la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Burundi que le ministère de la communication et des relations avec le parlement avait organisée à leur endroit ce jeudi , en signe de protestation contre la peine à perpétuité que le tribunal de grande instance de Cankuzo a prononcée ce mercredi contre le journaliste de Radio Bonesha et correspondant de Radio France internationale .

Patrick Nduwimana, directeur de la Radio Bonesha FM rappelle que Hassani Ruvakuki avait été arrêté par les agents du service national des renseignements burundais après qu’il ait tendu le micro aux membres des FRD-Abanyagihugu, un groupe armé qui se déclarait « mouvement rebelle ».

Ce jugement a été accueilli avec stupéfaction par les responsables des médias ce jeudi. Pour exprimer leur mécontentement sur l’issue de ce procès qu’ils qualifient de parodie de justice, ils se sont rendus dans cette rencontre de préparation de la célébration du cinquantième anniversaire mais ont vidé les lieus. Chacun d’eux a exprimé les motifs de son départ en signe de mécontentement.

Le directeur de la radio Isanganiro, Vincent Nkeshimana, qui est aussi président de l’Association Burundaise des Radiodiffuseurs, ABR, a dit qu’au regard de la prononciation d’une peine injuste à perpétuité contre un confrère, il ne s’avère pas du tout important de continuer à suivre les activités du cinquantenaire. Il a directement quitté la salle de réunion.

Le directeur de la RPA lui a emboité le pas

Eric Manirakiza a dit que les médias suivent les actions du gouvernement. « Nous avions demandé au gouvernement de trouver une issue pour que Hassan Ruvakuki ne soit pas injustement incarcéré, mais le jugement qui a été prononcé contre lui justifie l’absence de justice au Burundi. « Je juge qu’il ne s’avère plus important de rester ici », a-t-il dit avant de quitter la salle.

Innocent Muhozi, directeur de la radio télévision Renaissance a de sa part dit qu’au regard du jugement qui a été prononcé contre Hassani Ruvakuki, « l’on serait tenté de croire que nous sommes encore à la période des dictateurs de renoms que l’Afrique a connus comme Mobutu et Iddy Amin ; à cause d’une catégorie de personnes qui sème la pluie et le beau temps, ce procès aura été significatif de parodie de justice ».

Il a indiqué que, suite à cette absence de justice, les médias vont initier une série d’activités pour inciter les décideurs burundais à revoir cette décision. A partir d’aujourd’hui, les médias ne vont plus suivre les activités relatives au cinquantenaire.

Seuls les journalistes de la radio nationale, Rema Fm et le personnel du Conseil National de la Communication, CNC, sont restés dans la salle.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

363 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 13 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 2 %)

Le SYMABU lance un préavis de grève,(popularité : 2 %)

Ngendakumana relaché une journée après son arrestation ,(popularité : 2 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 2 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 2 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 2 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 2 %)