Burundi," pays prédateur de la liberté de la presse"




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 22 juin 2012  à 12 : 58 : 45
a

Le Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, Forsc, Pacifique Nininahazwe indique que le Burundi a terni son image en prononçant la peine à perpétuité contre le journaliste Hassan Ruvakuki.

Dans une conférence de presse tenue ce jeudi à Bujumbura, Pacifique Nininahazwe a indiqué que la prononciation de ce jugement a des similitudes avec les dossiers judiciaires sensibles sur lesquels la justice burundaise a travaillé de part le passé, notamment l’exécution extrajudiciaire d’Ernest Manirumva, ancien vice président de l’Olucome, le carnage de Gatumba et autres.

Selon lui, la justice a souvent tendance à justifier pourquoi les présumés innocents sont sous les verrous au lieu de trancher en toute liberté et selon la loi.

Pacifique Nininahazwe indique qu’un tel comportement ternit dangereusement l’image du Burundi. « Le Burundi risque d’être classé dans la catégorie des pays prédateurs de la liberté de la presse », a-t-il souligné.

Selon lui, au moment où l’on va bientôt célébrer le cinquantenaire de l’indépendance du Burundi, les burundais devraient plutôt être davantage éclectiques dans le choix de ce qui profite au pays.

Les professionnels des médias ont dénoncé depuis longtemps les imperfections qui caractérisaient ce procès notamment une main politique.

Hassan Ruvakuki avait été arrêté en novembre 2011 par les agents du service national des renseignements burundais à Bujumbura après qu’il ait tendu le micro aux rebelles des FRD-Abanyagihugu.

Aujourd’hui, l’opposition politique et même les défenseurs des droits de l’homme qualifient de parodie judiciaire le jugement qui a été prononcé contre ce journaliste par le tribunal de grande instance de Cankuzo, c’était ce lundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

590 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 3 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 3 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 3 %)

Blanchiment d’argent : Où est le procureur général de la république ? ,(popularité : 3 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 3 %)

Criminalité : L’opposition salut l’incarcération de deux agents de la police et du SNR,(popularité : 3 %)

La privatisation des entreprises publiques entachée d’imperfections,(popularité : 3 %)

Pourquoi est-il sous les verrous ?,(popularité : 3 %)

Justice pour Ernest Manirumva : La société civile au front ,(popularité : 2 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 2 %)