Gestion des partis politiques : L’opposition et le pouvoir se jettent le tort




Par: Désiré Nimubona , mardi 26 juin 2012  à 17 : 54 : 02
a

A la veille de la célébration des 50 ans d’indépendance au Burundi, les partis membres de l’Alliance des Démocrates pour le Changement, ADC-Ikibiri, se montrent toujours inquiets de la gestion des partis politiques burundais, selon Guillaume Habarugira.

S’exprimant dans un séminaire à l’intention des leaders des partis politiques burundais pour l’auto-évaluation des partis politiques, ce membre du comité exécutif du parti Conseil National de Défense de la Démocratie (CNDD) souligne que le texte régissant les partis politiques burundais « n’est pas une loi, mais juste une mesure politique visant la destruction de l’autre ».

Le CNDD souligne aussi que les partis politiques burundais n’ont plus droit aux coalitions durables des politiques. Habarugira laisse entendre que la nouvelle loi sur les partis politiques ne laisse pas de liberté pour que ceux-ci puissent former leur coalition avant, pendant et après les élections.

Ce même parti souligne aussi que le bilan de la gouvernance, depuis 1960, jusqu’aujourd’hui est une pure galère et que par conséquent, les choses se sont tournées contre la démocratie burundaise. En plus, des partis politiques burundais sont agrées ayant presque les mêmes noms, et mêmes devises, selon Habarugira.

Le cinquantenaire ne devrait pas se célébrer alors que certains leaders de l’opposition sont exilés.

Le Directeur Général de l’Administration du Territoire, Terence Mbonabuca, ne nie pas qu’il fallait que mêmes les autres leaders des partis politiques exilés s’associent aux autres burundais dans la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Burundi prévue pour le 2 juillet 2012.

M. Mbonabuca souligne qu’aucun des partis burundais ne porte le nom de l’autre. « Quand on change une seule lettre dans un nom, celui-ci change directement », laisse-t-il entendre.

Tout en reconnaissant que les partis politiques ont joué, dans l’histoire, un rôle important dans l’édification de la nation, Terence Mbonabuca souligne que les choses marchent plutôt bien, soulignant que quand la population a de quoi à manger ou à boire, rien ne peut justifier ces allégations du CNDD.

Il ajoute aussi que le pays ne connaît « visiblement » sur terrain que deux partis politiques qui font des réunions d’une façon régulière, c’est-à-dire, l’Uprona et le CNDD-FDD, tandis que le Frodebu Nyakuri ne le fait que très irrégulièrement dans quelques provinces du pays.

Ce séminaire de deux jours (du 25 au 26 juin 2012) a été organisé par le ministère de l’intérieur à l’intention des partis politiques burundais pour en évaluer la situation, cinquante ans après l’indépendance du Burundi.

Les partis de l’Alliance des Démocrates pour le Changement, ACD-Ikibiri, ayant été invités, seul le CNDD a répondu à ce rendez-vous, alors que le Frodebu qui avait promis d’y participer s’est absenté à la dernière minute.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

490 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"



a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril





Les plus populaires
IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 11 %)

Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL,(popularité : 10 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 7 %)

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation",(popularité : 7 %)

La restriction des libertés publiques n’est qu’une perception, Laurent Kavakure ,(popularité : 7 %)

Makamba : Le frère de Gahimbare plaide pour sa sécurité ,(popularité : 7 %)

Les Imbonerakure en veulent à Anselme Nyandwi ,(popularité : 6 %)

Des manifestations aux allures de violences ciblées ,(popularité : 6 %)

L’Union Européenne renouvelle les sanctions contre 4 personnes ,(popularité : 6 %)

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC,(popularité : 6 %)