Trois organisations plaident pour la libération d’Hassan Ruvakuki




Par: Désiré Nimubona , mardi 26 juin 2012  à 17 : 57 : 53
a

Le Syndicat National des Journalistes de France, de même que le comité Spartacus des journalistes correspondants de la RFI ont décidé de soutenir Hassan Ruvakuki pour faire des pressions pour que ce correspondant de RFI/swahili soit libéré dans les plus brefs délais.

« Le SNJ, première organisation de la profession, appelle tous les journalistes français à se mobiliser pour Hassan Ruvakuki, comme ils l’avaient fait pour Moussa Kaka, détenu au Niger pendant plus d’un an, après un procès tout aussi inique », selon un communiqué sur son site internet.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) dénonce la condamnation à perpétuité prononcée à l’encontre d’Hassan Ruvakuki, correspondant de RFI au Burundi, alors qu’il faisait son travail.

« Il est urgent que la direction de RFI et au-delà les pouvoirs publics français prennent toutes les mesures nécessaires pour garantir la protection des employés des filiales de RFI en langues africaines », raconte ce même communiqué.

Le SNJ, est membre fondateur de la Fédération internationale des journalistes (FIJ). Il proteste contre cette condamnation injustifiée et souligne apporter tout son soutien à « un collègue qui, comme tous ses confrères le reconnaissent, n’a fait que son travail : aller sur le terrain pour collecter des faits, les vérifier et les transmettre au public », selon ce même communiqué.

Le Comité Spartacus de l’Association des Correspondants de la Radio France Internationale RFI vient également d’accorder son soutien à Hassan Ruvakuki.

Selon une lettre de soutien adressée aux autorités françaises et à Hassan lui-même, le Spartacus a fait savoir que Cette condamnation est « une injure flagrante faite à la liberté de la presse, aux droits fondamentaux et à la démocratie. Le comité Spartacus, qui rassemble les correspondants de Radio France Internationale, appelle les autorités concernées à tout faire pour que Hassan soit libéré ».

Ce lundi, lors d’une réunion à Nairobi avec les professionnels des médias en provenance des pays de l’Afrique de l’Est, le vice-président Kenyan, Kalonzo Musyoka, a aussi regretté la condamnation à perpétuité d’Hassan Ruvakuki, correspondant de RFI et journaliste de la Radio Bonesha FM. 

Kalonzo Musyoka regrettait que le Burundi, qui était parmi les grandes démocraties de la Région avec une liberté de la presse avancée, venait de faire un pas en arrière par cette condamnation, dressant ainsi une barrière à la démocratie.

Ruvakuki a été condamné à perpétuité par le Tribunal de Grande Instance de Cankuzo, à l’est du Burundi, après plus de 200 jours de détention. Il est accusé par le ministère public de collaborer avec les terroristes.

Son avocat, Me Onésime Kabayabaya regrette de son côté que la greffe du TGI Cankuzo n’a pas encore donné la copie du jugement rendu pour interjeter l’appel.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

571 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Certains droits des métis burundo-européens ignorés »



a

Massacre des Banyamulenge : « 15 ans après, la communauté internationale s’est tue »



a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’





Les plus populaires
« Certains droits des métis burundo-européens ignorés » ,(popularité : 52 %)

Massacre des Banyamulenge : « 15 ans après, la communauté internationale s’est tue »,(popularité : 18 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 9 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 6 %)

Burundi : Dossier putsch, le ministère public interjette appel,(popularité : 5 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 5 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 5 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 5 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 5 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 5 %)