La réforme de la loi sur la presse : Les acquis constitutionnels en danger




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 28 juin 2012  à 08 : 06 : 05
a

Les responsables des médias publics et privés ont boycotté ce mardi 26 juin 2012 un séminaire atelier que le ministère de la communication et des relations avec le parlement avait prévu à leur intension pour expliquer le projet de loi portant appuis aux médias et la problématique de la carte de presse qui font toujours des remous depuis un certain temps.

Les journalistes ont juste suivi l’introduction de cet atelier qui avait été exposé par la ministre de tutelle. Ils ont indiqué qu’outre ces éléments qui allaient faire objet d’étude, les journalistes ont besoin de savoir le contenu d’un projet de loi qu’il qualifie de fondamental que le ministère de tutelle a déjà envoyé au gouvernement pour adoption à l’insu des professionnels des médias.

Juste après, les journalistes ont directement quitté la salle de conférence. Seuls y sont restés les membres du Conseil National de la Communication, CNC et autres membres du secteur de la communication plus proche du gouvernement comme nous l’avons constaté.

Eric Manirakiza , directeur de la Radio Publique Africaine , RPA a dit que cette loi a été élaboré dans la clandestinité la plus totale. Il a indiqué qu’une fois adoptée, cette loi malheureusement viendra inéluctablement mettre en cause les acquis en matière de droit d’expression au Burundi.

« Pour l’intérêt de la population nous demandons à la chambre basse du parlement de ne pas voter cette loi qui a pour objectif ultime de mettre en cause les acquis de la constitution du Burundi », a ajouté le directeur de la RPA.

La ministre de la communication et des relations avec le parlement n’a pas jugé bon de s’exprimer sur cette revendication légitime de la part des professionnels des médias. Mais elle a indiqué que même les parlementaires ne contactent pas la population avant de voter les lois raison pour laquelle la préoccupation des journalistes aujourd’hui est sans fondement.

Ce projet de loi sur la réforme de la loi sur la presse fait parler de lui au moment où un journaliste Burundais a pour la première fois écopé d’une peine à perpétuité le 20 Juin 2012. Cette peine contre un journaliste est une première dans l’histoire du Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

288 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 7 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 5 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 5 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 5 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 5 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 5 %)

Oui, à Muramvya et à Tunis les médias plaident pour sa libération,(popularité : 3 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 3 %)

Pas droit au secret des sources dans la loi sur la presse attendue,(popularité : 3 %)

Muyinga : Le CNDD-FDD se dissocie de ses jeunes zélés ,(popularité : 3 %)