Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


"Orphelinat Uwimana", histoire d’une folie salutaire




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 28 juin 2012  à 17 : 38 : 46
a

« J’ai regardé autour de moi. J’ai vu que les Burundais étaient finalement devenus un peuple paranoïaque suite à la guerre qui faisait des ravages à travers le pays. Les enfants, qui pourtant n’avaient rien fait, avaient été abandonnés à eux même dans certains coins.

« Certains mourraient de faim, d’autres de douleur de ne pas connaitre leurs parents encore moins de la chaleur humaine. La grâce divine aidant, j’ai pris la décision de donner ma petite contribution pour la création d’un centre d’accueil des enfants en difficultés suite aux effets de la guerre.

« Certes, je n’étais pas à la hauteur d’un tel projet au regard des moyens qui étaient à ma disposition, mais je me disais qu’il fallait tout de même m’engager et ainsi jeter un pont de l’espérance pour certains de ces enfants au moins ». Tels sont les propos de Sœur Seconde Sibomana , la représentante de l’Orphelinat Uwimana, un centre d’accueil des enfants dans la province de Makamba au Sud du Burundi.

Difficile pour quiconque y arrive pour la première fois de comprendre la façon dont Sœur Sibomana fait pour éduquer et surtout pour faire vivre ces enfants dont elle dit ne pas connaître les parents mais en gardant du courage quant à leurs besoins non moins multiples.

Quand j’ai commencé à m’y investir, les voisins me prenaient pour une folle . Mais, si chacun parmi nous pouvait donner quelque chose parmi les biens qu’il a reçus de la part de Dieu , les enfants qui grouillent dans la rue ne seraient aussi nombreux comme nous le constatons aujourd’hui, a-t-elle indiqué.

Nous sommes en 1996 en effet. Une guerre fratricide entre les Burundais bat son plein. Ici et là à travers le pays, les larmes coulent. Les mamans, les hommes et les enfants s’inquiètent et pleurent même du lendemain.

Au milieu de ce désespoir, cette sœur décide, selon ses termes, de créer un centre d’accueil des enfants en difficultés qui aujourd’hui s’appelle "Orphelinat Uwimana".

La plupart de ces enfants ont été récupérés par ce centre car ils avaient été abandonnés par les filles-mères à la naissance. « Vous ne savez pas la joie de voir grandir un enfant qui, à la naissance, avait été abandonné par sa mère » dit-elle avec des illustrations de ces enfants.

La sœur indique que les enfants vivent essentiellement des cultures vivrières du "orphelinat Uwimana". Très souvent le matin, les personnes qui se sont jointes au projet de Sœur vont elles-même cultiver dans les plantations ce centre.

Après, elles vont elles-même préparer la nourriture et les habits pour ces enfants surtout que plus de 80 pourcent d’entre eux sont âgés de moins de 5 ans.

Cet orphelinat vit également des âmes charitables qui visitent parfois cette communauté d’enfants selon elle. La plupart des enfants se heurtent au manque de lait et habits particulièrement pendant la saison de soudure alimentaire, selon toujours Sœur Seconde Sibomana.

La plupart des personnes qui connaissent cette Sœur indiquent qu’elle se donne pour ces enfants malgré les moyens financiers qui font défaut dans cet Orphelinat.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

544 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 16 %)

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises,(popularité : 15 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 14 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 14 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 14 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 14 %)

Infirmiers sans Frontières va bientôt traire le soja,(popularité : 13 %)

Burundi : Les chiffres des personnes vivant avec handicap mental vont augmentant,(popularité : 13 %)

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie,(popularité : 13 %)

Célébration de la libération de Bob Rugurika à Bujumbura,(popularité : 13 %)