Les Batwa : Indépendants certes, mais pas tous




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 29 juin 2012  à 19 : 03 : 48
a

Alors que le Burundi célèbre son cinquantenaire d’indépendance, l’association « Unissons nous pour la promotion des Batwa », UNIPROBA, indique que certains Burundais de l’ethnie Batwa sont encore des citoyens de seconde zone en raison de la servitude autour de la terre dont ils sont encore victimes.

Dans une conférence de presse animée par les dirigeants de cette association ce vendredi matin, Honorable Libérate Nicayenzi , représentante légale de l’association UNIPROBA , a dit que l’indépendance pour cette catégorie de burundais se cherche encore.

Elle a relevé une liste de cinq provinces pour illustration dans lesquelles la servitude reste une triste réalité à savoir Ngozi, Bururi, Muramvya, Kayanza et Mwaro.

De la part de Libérate Nicayenzi, certes le Burundi a été indépendant mais cette situation accule les Batwa dans une extrême pauvreté.

Outres les difficultés liées à l’accès à la terre, les Batwa font face aujourd’hui à des difficultés énormes en matière d’éducation selon Libérate Nicayenzi. A celle-ci vient se greffer une série de conséquences comme l’ignorance et l’absence de leur représentation dans la plupart des institutions du pays, a-t-elle ajouté.

Certains des administratifs à la base ne sont pas aussi sensibles aux difficultés des Batwa au moment où, dans certains coins du pays, ils ont été souvent livrés à la vindicte populaire, selon Nicayenzi Libérate , la représentante légale de l’Uniproba.

Elle a relevé une série de mesures qui devraient être prises par le gouvernement de Bujumbura pour venir à bout des difficultés des Batwa et favoriser ainsi une indépendance effective. Le président de la république de la part de Liberate Nicayenzi devrait faire sortir un décret loi autorisant les Batwa à garder les terres dans lesquelles ils sont depuis longtemps sous la pratique de servitude.

L’éducation devrait aussi être gratuite jusqu’au secondaire pour la communauté Batwa afin qu’ils puissent rattraper les autres catégories de personnes pour l’intérêt du pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

633 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout



a

Education : Un sac de ciment pour valider l’inscription d’un nouvel élève





Les plus populaires
Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 38 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 29 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 26 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 16 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 14 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 8 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 5 %)

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »,(popularité : 5 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 4 %)

Le code de la sécurité routière n’existe pas encore au Burundi,(popularité : 4 %)