Université du Burundi : Affaire Zéphirin, deux étudiants tués auraient été victimes d’un montage !




Par: , jeudi 5 juillet 2012  à 17 : 48 : 44
a

Amalgame de dossiers et de personnalités dans cette affaire. Finalement serait-ce un montage qui avait été préparé, si on en croit les propos tenus par l’accusé principal.

Avec un ton sûr et clair, le présumé auteur principal a reconnu avoir été arrêté en possession d’armes et d’autres effets militaires et a précisé aux juges qu’ils les avait reçus de la part d’un certain Josué un cadre de la police présidentielle et de Désiré Ndikumana et Isaac kabura tous des magistrats.

Ce montage concocté avait pour but d’arrêter et de tuer les membres de l’opposition un plan qui était en cours comme l’a déclaré Zéphirin nzohabonayo le principal accusé. Membre du MSD qu’il étai lui aussi, avait accepté de coopérer pour sauver sa peau.

Il a également déchargé ses 7 coaccusés dont un certain Serges NDAYIRAGIJE un FNL et ancien employé de la Sosumo poursuivi pour financement d’ armes au mouvement Fronabu Tabara en complicité avec ses gardes du corps mais au fond il serait victime d’avoir dénoncé les détournement et les malversation à la SOSUMO, une affaire qui a couté un emprisonnement de l’ancien directeur général de la dite société Alexis Ntaconzoba.

Un autre est un militant du MSD qui a refusé à un agent de la Documentation à Musaga connu sous le nom de Joris de collaborer avec lui en livrant les membres de ce parti.

Une autre personne qui s’est retrouvée impliquée c’est un jeune homme qui venait de passer plus d’un mois au cachot de la documentation suite au conflit foncier qui l’oppose avec un membre de sa famille.

Un ancien militaire qui a dénoncé les assassinats ciblés d’une trentaine de militants de l’opposition dont les corps ont été retrouvé dans la rivière Ruvubu en 2006 à Muyinga s’est aussi retrouvé dans cette affaire.

Me Robert NDEMEYE, un des avocats de la défense, indique que ce procès est purement politique. Ajoutant qu’il est inconcevable de voir l’attitude de la cour suprême de garder en prison ces prévenus alors que le procureur général de la république avait déclaré que les sept prévenus n’ont pas de charges qui les inculpent.

Tous les prévenus ont demandé d’être acquittés. Zéphirin Nzohabonayo a insisté pour que Josué un agent de la documentation et les deux magistrats Isaac et Désiré cerveau de cette affaire comparaissent.

Il a également demandé au siège de prendre des mesures pour assurer sa sécurité puisqu’il est déjà averti par ces derniers d’être éliminé s’il ose dévoiler quoi que ce soit sur cette affaire.

Le ministère public accuse tous les huit prévenus d’appartenir à un mouvement insurrectionnel FRONABU-TABARA mais n’a pas prouvé les éléments probants. L’affaire a été mise en délibéré, le jugement sera rendu dans deux mois.

Montage ou pas, deux étudiants ont été tués dans la fouille perquisition opérée dans la matinée du 16 Octobre 2012 au campus Mutanga alors que le chef des opérations avait parlé au téléphone quelques heures avant avec Zéphirin Nzohabonayo, lui indiquant le numéro de la chambre où on doit le trouver avec les munitions (Quatre grenades, 7 chargeurs dont 5 garnis de cartouches, une paire de chaussures militaires et une tenue) qu’on lui avait données.

Une simulation de fouille perquisition emporte des vies humaines, les responsables répondront-ils un jour de ces faits ? Wait and see !




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1346 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article