Cinquanténaire : Les Magistrats de la Cour Suprême haussent le ton contre leur traitement protocolaire




Par: Désiré Nimubona , vendredi 6 juillet 2012  à 07 : 15 : 47
a

L’Assemblée Générale de la Cour Suprême regrette le traitement qui lui a été réservé lors de la célébration des cinquante ans de l’indépendance du Burundi à Bujumbura ce lundi, après que le chef du Protocole de l’Etat ait refusé à ces grands magistrats du pays d’accéder à la tribune d’honneur.

« (…) l’Assemblée Générale de la Cour Suprême (…) s’indigne du traitement protocolaire réservé au pouvoir judiciaire lors de cette journée de commémoration du cinquantenaire de l’indépendance du Burundi en lui refusant l’accès à la tribune alors qu’il était dument invité et porteur d’une tenue distinctive », souligne un communiqué sorti ce jeudi et signé par le Secrétaire Général et Porte-parole de cette institution, Elie Ntungwanayo.

L’assemblée Générale de la Cour Suprême ne semble pas caresser l’encolure du Chef du Protocole de l’Etat.

Elle « fustige les propos malveillants et menaçant proférés par le chef du Protocole d’Etat à l’endroit des Magistrats de la Cour Suprême et de la Cour Constitutionnelle aux termes desquels les revendications du Magistrat constituent une manifestation », lit-on dans ce communiqué.

Si les magistrats de la Cour Suprême ne semblent pas du tout vouloir caresser l’encolure du Chef de Protocole de l’Etat, ils restent cependant satisfaits par l’attitude de leur chef direct, le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux.

Selon le communiqué, le Ministre fait tout « pour restaurer l’image publiquement ternie au sommet de l’institution judiciaire », saluant ainsi son travail, sans toutefois dévoiler le bilan.

D’une pierre deux coups ! Les magistrats de la Cour Suprême recommandent une refonte législative prompte et propre à renforcer l’indépendance du Pouvoir Judiciaire en remplacement des lois actuelles totalement anachroniques, réclamant ainsi à voix basse, l’indépendance de la magistrature burundaise.

C’est cette réclamation qui vient donner raison au bâtonnier du Burundi Me Isidore Rufyikiri, hier dans son interview avec les médias locaux.

Le dernier disait que la parade des magistrats (en tenue de travail) devant la tribune d’honneur en saluant même les membres de l’exécutif et les invités, est un signe que la magistrature burundaise est soumise à l’exécutif, alors qu’il devrait être un pouvoir indépendant.

Constitutionnellement donc, les trois pouvoirs, l’exécutif, le législatif et le judiciaire sont égaux, raison pour laquelle, selon la Cour suprême (qui représente l’ensemble de tous les magistrats), le président de cette Cour au moins, devrait se retrouver côte à côte avec l’Exécutif et le Législatif dans la place d’honneur, non loin des six chefs d’Etats et les députés qui avaient répondu présents dans cette célébration. L’histoire des triplés dont l’un est mal à l’aise !




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

609 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 3 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 2 %)

L’Association des journalistes de l’Afrique de l’est demande la libération de Hassan Ruvakuki ,(popularité : 2 %)

L’Eglise Catholique dénonce encore des violations des droits de l’homme ,(popularité : 2 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 2 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 2 %)

Il est dans les mains de la cour d’appel de Gitega,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 2 %)

Défense pour Sinduhije auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU ,(popularité : 2 %)