Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 6 juillet 2012  à 19 : 27 : 31
a

Les organisations des droits de l’homme transmettre avant le 9 de ce mois au siège des droits de l’homme à Genève une série de recommandation au gouvernement du Burundi pour que la promotion des droits de l’homme au Burundi devienne une réalité.

Parmi elles figurent notamment la ratification du protocole de lois contre les disparitions forcées. Armel Niyongere, président de l’ACAT estime que ce protocole permettra aux défenseurs des droits de l’homme et au gouvernement de lutter en particulier contre les exécutions extrajudiciaires et les cas de tortures qui sont une triste réalité au Burundi.

Ce rapport recommande au gouvernement du Burundi de ratifier le projet de lois sur les successions afin que les hommes et les femmes de ce pays soient égaux dans le partage des biens de la famille. Le même rapport accorde une importance à la justice burundaise.

Face à l’immixtion d’exécutif dans le pouvoir judiciaire devenue une triste réalité au Burundi, Armel Niyongere dit qu’à travers ce rapport, les organisations de la société civile ont recommandé au gouvernement de tout faire pour que le président du conseil supérieur de la magistrature ne soit plus le président de la république mais plutôt un homme ou une femme du secteur de la justice. Le président du conseil de la magistrature devrait être élu selon ces organisations par ces pairs.

Au chapitre de la justice transitionnelle, ces organisations de la société civiles recommandent au gouvernement de mettre en place la commission vérité et réconciliation et le tribunal spécial comme l’avait souhaitée les burundais lors des consultations populaires.

Ce rapport qui fait le tour de la situation des droits de l’homme au Burundi de 2008 à 2012 sera envoyé à Génève avant le 9 de ce mois.

Une vingtaine d’organisations qui l’ont élaboré se disent satisfaites de la mise en place de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme, CNIDH, et l’amendement du code pénal puisque celles-ci avaient d’ailleurs été certaines des recommandations lors de l’Examen périodique universel de 2008.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

786 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 4 %)

La CVR toujours à l’œuvre ,(popularité : 3 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 1 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 1 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 1 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 1 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 1 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 1 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 1 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 1 %)