Désarment de la population oui, mais avant ?




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 9 juillet 2012  à 12 : 28 : 51
a

Plus de 20 personnes ont trouvé la mort à cause des armes blanches éparpillés ici et là dans la province de Bururi pendant les six mois écoulés, selon un rapport rendu public par la ligue Iteka ce 7 juillet 2012.

Selon Fidèle Nkurunziza, représentant de cette association de défense de défense des droits de l’homme dans cette province, un tel problème persiste à cause essentiellement du désarmement de la population qui aurait été lacunaire d’une part et du probable réarmement de la population d’autre part.

« Le chef de zone Buruhukiro, lorsqu’il lui a été demandé où il avait trouvé un fusil dont il a été attrapé en possession, a dit que l’administrateur communal de Rumonge connaît quelque chose sur le dossier » a-t-il indiqué.

Outre les armes en circulation, Fidèle Nkurunziza indique que les crimes sont davantage prononcés dans la commune de Rumonge par rapport aux autres à cause des problèmes de terre qui font parler d’eux dans cette partie du pays. La commune qui en enregistre moins quant à elle étant la commune de Vyanda selon toujours ce rapport.

Fidèle Nkurunziza a dit que certaines personnes qui possèdent ces armes ont été punies. Il a donné le cas d’un démobilisé de Kigwena qui, actuellement, est sous les verrous pour avoir été surpris en fragrant délit avec une grenade.

Pour lui, le pouvoir en place devrait faire preuve d’innovations avant de relancer encore le projet de désarment de la population. Suite à des doutes sur un probable réarmement de la population selon la ligue Iteka en province de Bururi, une enquête sur l’origine des armes qui se trouvent dans les mains de la population devrait avoir lieu pour que le projet de désarment ait un impact significatif au sein de la population.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

424 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 100 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 16 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 4 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 4 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 4 %)

Gihanga : Deux personnes d’une même famille tuées dans une embuscade ,(popularité : 4 %)

Le site de Businde est désormais un camp militaire ,(popularité : 4 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 3 %)

Le début de l’année devrait être prometteur,(popularité : 3 %)

Hussein Radjabu introuvable à Mpimba,(popularité : 3 %)