L’abus du pouvoir par Honorable Alexis BAREKEBAVUGE inquiète et indigne les natifs de CIBITOKE




Par: , lundi 9 juillet 2012  à 09 : 02 : 47
a

Opinion de Hassan NGENDAKUMANA
Université Catholique de Louvain-la-Neuve,
Belgique

Alors que le Burundi célèbre le cinquantenaire de son indépendance, beaucoup de jeunes intellectuels burundais et surtout ceux des provinces qui ont beaucoup souffert des crises politiques postcoloniales qui ont secoué le Burundi, s’interrogent si une autre forme de colonialisme n’est pas en train de voir le jour au Burundi. La province de Cibitoke est un cas flagrant. « Soi-disant plus fort que l’Etat lui-même », l’abus du pouvoir par l’Honorable Alexis BAREKEBAVUGE inquiète voire indigne les natifs de Cibitoke, et les rappelle les sombres périodes coloniales congolaises où le Congo était devenu une propriété privée d’un seul individu, en la personne de Roi Léopold II. A Cibitoke, ce député du CNDD-FDD fait la pluie et le beau temps. Il a développé une culture de diviser pour régner parmi l’élite de Cibitoke qu’une partie de cette élite désormais vit dans la peur d’exprimer leurs légitimes droits citoyens. Du côté des démocrates, cela est inacceptable et il est temps d’élever la voix contre cet homme sous peine de voir leurs acquis s’envoler dans cette partie du pays.

Alors qu’un climat de calme s’installait dans cette province, après l’arrivée du CNDD-FDD au pouvoir, les pratiques utilisées par cet « élu » député, (le seul à pouvoir accumulé trois mandats parlementaires successifs) pour garder une main mise sur cette province et sa population enfoncent particulièrement et chaque jour qui passe les jeunes intellectuels et entrepreneurs de Cibitoke dans le désespoir. Sans parler de corruption, de division, de complots mafieux, de manipulations, etc., cet « élu » de Cibitoke et originaire de la province de Muramvya, y a créé un mythe comme quoi, on ne peut jamais émerger politiquement, socialement et économiquement sans son aval. Autrement, il recourt à tous les moyens pour te faire tomber. Pour soutenir ce comportement, il peut faire usage de son statut politique très dominant, de sa puissance financière ou même d’un soi-disant soutien du Président de la République, dont il est directeur spirituel. Une de mes amis qui a côtoyé cet homme politico-financier burundais, affirme qu’aucun décret présidentiel, s’il y en a un, en rapport avec la province de Cibitoke ne peut être signé sans son avis préalable. Malgré ces voix qui expliqueraient son comportement par le soutien présumé du haut sommet de l’Etat, la plupart de l’opinion rejettent cette thèse et disent plutôt que ce dernier aurait toujours été victime de sa manipulation à travers leur rapprochement spirituel. La question qui se pose ici reste de savoir si S.E le Président de la République, qui a toujours affirmé haut et fort qu’il n’abandonnerait jamais ceux ou celles qui l’ont protégé et lui ont donné de quoi manger au temps de la guerre civile, peut continuer à se laisser manipuler par un seul homme au détriment de toute une population ?

Ce qui est sûr, quels que soient les individus ou le groupes d’individus qui pourraient être derrière cet homme, il est temps que les jeunes, surtout intellectuels et entrepreneurs de Cibitoke envoient un signal fort à Alexis BAREKEBAVUGE pour lui dire que trop c’est trop et que leur rêve pour l’avenir ne peut être compromis par les intérêts d’un seul homme. Nous avons tous été acteurs du changement, nous devons exploiter librement et équitablement les efforts et talents, et ce dans le strict respect de la loi et de nos droits. En tant natif et ancien membre du bureau de l’Association des Natifs de Cibitoke, je voudrais terminer ce message en invitant tous ces natifs à dissiper leur peur et à continuer à réclamer l’exercice de leurs droits. Le sang de nos sœurs et frères n’a pas été versé pour qu’un seul homme usurpe nos libertés. Portons haut le flambeau de la paix dans la sérénité et la fierté ! Non au clientélisme, non aux divisions au sein des natifs de Cibitoke, non aux pratiques d’intimidation et de domination d’Alexis BAREKEBAVUGE. Levons nous comme un seul homme pour toujours dénoncer ceux et celles qui chercheraient à nous dérober nos libertés acquises après tant d’années de souffrances nous infligées. Il y a de la place pour tout le monde à Cibitoke, mais il faut qu’il y ait de l’espace aussi pour les natifs de Cibitoke. Nous avons droit à contribuer à part égale à la reconstruction de notre chère patrie, le Burundi et de notre province, Cibitoke, en particulier.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1402 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La démocratie en danger au Burundi



a

Heureusement, nous mourons



a

2015 : Le Burundi à la croisée des chemins



a

La vérité du vote de 2015 et la légitimité sans appel du gagnant



a

Regard rétrospectif sur la manifestation du 10 mai 2014 à Ottawa



a

Stratégie d’ancrage militarisé du régime ou bourgeonnement vers un génocide au Burundi ?



a

Ingérence ou trait de caractère du pouvoir de Bujumbura ?



a

Université du Burundi, vers la fusion de toutes les facultés en une seule : La faculté des sciences !



a

Le nouveau Maire élu de Gatineau rend hommage à feu Ambassadeur Philippe Kanonko



a

Voeux à l’occasion du 11è anniversaire de la Radio Isanganiro





Les plus populaires
Les "non-dit" du rapatriement controversé des restes du corps de MwambutsaIV :
Opinion d’Emmanuel Ndayirukiye ; Rohero ; Bujumbura-Burundi,(popularité : 8 %)

UK criticised for lack of clarity on decision to cancel aid to Burundi,(popularité : 8 %)

L’abus du pouvoir par Honorable Alexis BAREKEBAVUGE inquiète et indigne les natifs de CIBITOKE,(popularité : 8 %)

Donnez votre opinion/observation,(popularité : 6 %)

La vérité du vote de 2015 et la légitimité sans appel du gagnant,(popularité : 5 %)

Les coûts élevés de transport et la bureaucratie inquiètent les transporteurs en Afrique de l’Est,(popularité : 5 %)

Université du Burundi, vers la fusion de toutes les facultés en une seule : La faculté des sciences !,(popularité : 5 %)

Heureusement, nous mourons,(popularité : 5 %)

Opinion d’un internaute : E.M.Ndayirukiye,(popularité : 5 %)

Le Burundi en marche vers l’Etat fédéral ?,(popularité : 5 %)