50 ans après, les burundais ont toujours soif de la paix




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 9 juillet 2012  à 16 : 17 : 33
a

La ligue Izere, une association pour la promotion des droits de l’homme au Burundi recommande au gouvernement de Bujumbura de créer des conditions de nature à impulser la paix dans le pays.

Dans une déclaration rendue publique ce lundi à propos du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Burundi, la Ligue Izere indique qu’il existe actuellement au Burundi une mauvaise collaboration entre les pouvoirs publics et les responsables des médias d’une part, et certaines organisations de la société civile de l’autre.

En jetant un regard rétrospectif sur le passé, cette association de défenses des droits de l’homme indique que les burundais ont supporté de manière courageuse la misère, les souffrances, les injustices sociales, les pillages et les démagogies politiques depuis l’accession du Burundi à l’indépendance.

La ligue Izere demande au gouvernement de tout mettre en œuvre pour que les secteurs de la justice et de la police ne soient pas caractérisés par une partialité notoire. Elle demande au gouvernement de Bujumbura de proscrire les atteintes aux droits de l’homme en général et en particulier contre la presse et la société civile.

De la part de cette organisation le pouvoir de Bujumbura devrait traduire en justice les personnes suspectées dans la corruption, la torture et les exécutions extrajudiciaires lourdes de conséquence sur l’avenir du pays et mettre en place la commission vérité et réconciliation.

Le gouvernement devrait aussi créer un cadre d’échange entre les protagonistes de la politique de ce pays sans toutefois mettre en cause les acquis d’Arusha et du verdict populaire selon cette correspondance.

La ligue Izere demande aux membres de la société civile et des médias de se garder de tout recours à la violence mais plutôt de contribuer efficacement pour que les cœurs des filles et fils de ce pays retrouvent la paix et à la communauté internationale de continuer à appuyer le pays .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

438 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 9 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)

Le Parlement belge inquièt de l’environnement politique burundaise ,(popularité : 5 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 4 %)

Le SG des Nations Unies condamne l’assassinat du Gén. Kararuza ,(popularité : 3 %)

ONU-Burundi : Précisions sur la nomination de Cassam Uteem ,(popularité : 3 %)

Affaire Bamvuginyumvira : Le pouvoir devrait privilégier le débat ,(popularité : 3 %)

La CSTB en contradiction avec les lois en vigueur au Burundi,(popularité : 3 %)